Trump reçoit son "ami" Modi, premier face à face attendu

Trump reçoit son

Trump reçoit son "ami" Modi, premier face à face attendu

Ivanka Trump, la première fille et conseillère de la Maison-Blanche auprès du président Donald Trump, a déclaré à Fox News le 26 juin qu'elle essaie de rester à l'écart de la politique tout en contribuant positivement à la résolution des problèmes qui lui sont chers.

A l'instar de Donald Trump, le Premier ministre indien a fait de l'usage de Twitter un instrument de communication important même si Narendra Modi a toujours pris soin de ne pas déraper en 140 signes. Vieille de deux décennies, cette tradition ne sera pas reconduite à l'ère du nouveau président à la Maison-Blanche, où était célébré depuis 1996 l'Aïd El Fitr par un dîner ou une réception, un rituel né sous la présidence de Bill Clinton. Néanmoins, aucune célébration n'est pourtant prévue à la Maison-Blanche. Modi a en effet esquivé la démonstration de force de Trump avec une chaleureuse accolade.

Le président Trump s'est ensuite félicité de la vente d'une centaine d'avions américains à une compagnie aérienne indienne, et de gros contrats d'export de gaz naturel américain.

Preuve de cette volonté de tisser des liens avec le président républicain, Narendra Modi n'a pas évoqué publiquement leurs points de désaccord. Ce geste, essentiellement symbolique, est intervenu quelques jours avant la première rencontre entre Narendra Modi et Donald Trump le week-end dernier à la Maison Blanche.

Ils partagent aussi une forme de méfiance vis-à-vis des médias et ont largement recours aux réseaux sociaux pour s'adresser directement à leur base.

L'objectif central de M. Modi est simple: "S'assurer que les États-Unis soient attentifs à l'Inde et que la nouvelle administration s'inscrive dans la continuité de la précédente", résumait Shailesh Kumar, du centre Eurasia Group. Au premier rang d'entre eux figure l'épineux dossier des visas H-1B, que Donald Trump, élu sur la promesse de donner la priorité aux Américains, entend réformer.

"La transformation de l'Inde représente d'innombrables opportunités commerciales et d'investissement pour les entreprises américaines", a-t-il écrit dans une tribune publiée lundi dans le Wall Street Journal, rappelant que les échanges commerciaux entre les deux pays s'élèvent désormais à 115 milliards de dollars (112 milliards de francs) par an. D'autant que les critiques du locataire de la Maison Blanche, qui a accusé l'Inde de bénéficier d'un traitement de faveur, ne sont pas passées inaperçues à Delhi.

Dernières nouvelles