Choléra : plus de 300.000 cas suspects et déjà 1.600 morts au Yémen

L’effondrement des infrastructures médicales et sanitaires au Yémen ravagé par plus de deux ans de guerre civile a favorisé fin avril la réapparition du choléra dans le pays

Le choléra a fait au total 1 713 morts au Yémen

Ravagé par la guerre entre forces progouvernementales et rebelles chiites Houthis, le Yémen est également frappé par une épidémie de choléra meurtrière.

L'épidémie de choléra qui y sévit depuis la fin du mois d'avril a provoqué la mort de plus de 1.600 personnes, et le cap des 300.000 cas a été franchi, a affirmé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ce lundi 10. Il souligne que les régions entourant la capitale, Sanaa, et les villes d'Hodeïda, d'Hajja et d'Amran sont les plus touchées.

Les conflits qui durent depuis plus de deux ans sont le plus grand facteur de la rapide progression de l'épidémie.

Dans son dernier bilan, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait fait état, entre le 27 avril et le 2 juillet, de 262 649 cas suspects et de 1 587 morts dans 21 provinces. Les deux tiers de la population n'ont plus accès à l'eau potable, estiment les Nations unies. Les Yéménites font face en outre à un risque de famine avec 17 millions de personnes, soit les deux tiers de la population, souffrant de malnutrition. L'ONU, a récemment rélevé que les organisations humanitaires présentes au Yémen ont dû utiliser une partie de leurs ressources destinées à lutter contre la famine pour combattre le choléra.

Dernières nouvelles