Le pétrole termine en hausse à New York, interrogations sur l'Opep

Installations pétrolières. Crédits: Sources

Installations pétrolières. Crédits: Sources

Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, les investisseurs peinant à trouver une direction forte alors que l'avenir de l'accord de l'Opep de limitation de la production inquiète les investisseurs. Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 45,57 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 31 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'août gagnait 29 cents à 44,52 dollars.

Les prix de l'or noir s'inscrivaient en hausse mais n'effaçaient pas leurs pertes de vendredi déclenchées par la publication hebdomadaire de l'entreprise privée Baker Hughes sur les puits américains.

Quant à la Libye, sa production a atteint la barre du million de barils par jour en fin juin, son plus haut niveau en quatr (4)e ans, contre une moyenne de 730 000 b/j le mois précédent, selon des sources secondaires de l'OPEP.

A l'origine, ces deux pays ont été exemptés de la réduction de la production en raison des difficultés qu'ils rencontraient, notamment sur le plan sécuritaire.

" Les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avaient convenu, en novembre 2016, de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour sur une période de six mois à compter du début du mois de janvier 2017, en vue de soutenir les cours".

" Il devient désormais apparent qu'abaisser sa production est inutile tant que les foreurs américains sont capables d'activer 30 puits par mois", a remarqué Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

" Les deux pays pourraient avoir à rentrer dans le rang lors de la réunion de Saint-Pétersbourg " le 24 juillet où se réuniront les pays participant à l'accord et à laquelle le Nigeria et la Libye ont été conviés, a expliqué David Madden, analyste chez CMC Markets.

Dernières nouvelles