"Macron- compatibles" exclus — Les Républicains

Thierry Solère qualifié de

Thierry Solère qualifié de"professionnel de la trahison:"C'est quoi son problème à Eric Ciotti ?Plus

"Une manière de court-circuiter le recours déposé devant la commission des recours du parti qu'envisage déjà Thierry Solère, à l'origine du groupe des " constructifs LR-UDI " à l'Assemblée, distinct de celui LR". Je pense qu'il n'y a aucune raison d'abord qu'on soit exclus, et si on devait l'être ça serait illégal et donc on déposerait un recours devant la commission de recours où il y a Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu et Gilles Boyer, vous voyez ce sera intéressant " a ironisé le député des Hauts-de-Seine ce mardi. L'entourage de M. Darmanin a confirmé la réception d'une lettre de "procédure disciplinaire ".

"On me reproche quoi?"

La crise de moins en moins larvée chez Les Républicains a franchi un nouveau palier dimanche, à deux jours d'un bureau politique destiné à décider du sort des députés dissidents du groupe des "Constructifs". "Ils n'ont pas été exclus pour autant à l'époque".

M. Riester a, lui, dénoncé "des pratiques d'un autre âge ". "Ils n'attendaient que ça pour se victimiser", poursuit-il.

L'élection du nouveau président du parti Les Républicains aura lieu les 10 et 17 décembre par scrutin électronique, a décidé mardi à la quasi-unanimité le bureau politique de LR, selon plusieurs membres de cette instance.

"Certains, à l'instar d'Eric Ciotti, Daniel Fasquelle et Nadine Morano, souhaitent l'exclusion des élus rebelles". Au menu notamment: l'exclusion du chef du gouvernement des rangs du parti.

"La diversité des convictions doit être respectée au sein des Républicains en refusant les divisions qui ne profitent qu'à Macron et au FN", a aussi tweeté le sénateur Roger Karoutchi. "Mais pour leurs responsables, qui ont eux franchi la ligne rouge, ce n'est pas possible", commente un membre du bureau politique. Mais cette fois, le parti a sonné la fin de la partie.

Le secrétaire général du parti Les Républicains, Bernard Accoyer, avait laissé entendre la semaine dernière qu'une exclusion se profilait pour les membres de ce groupe parlementaire dissident. "A ce moment-là une autre formation politique s'organisera (...) pour proposer une offre politique d'un parti européen qui n'a pas à s'opposer à tout ". "Où en est arrivée la droite pour ne plus être au rdv de la France?", a déploré sur Twitter la sénatrice "constructive" Fabienne Keller.

Dernières nouvelles