Un médecin suspendu pour des propos sur l'extermination des handicapés

Simon Daval  MAXPPP

Simon Daval MAXPPP

Un médecin de Cherbourg a été suspendu pour six mois, dont trois mois avec sursis, par la chambre disciplinaire de l'Ordre régional des médecins, rapporte France Bleu Cotentin.

Il était reproché à un médecin cherbourgeois de 55 ans, intervenant dans un centre pour personnes handicapées, "des manquements graves" à la déontologie pour des propos tenus à l'encontre des personnes en situation de handicap. Il aurait parlé d'"un bon coup de cyanure", avant de faire allusion à la "solution finale" utilisée par les nazis à l'égard des personnes handicapées et homosexuelles. L'organisme saisi par l'Agence Régionale de Santé (ARS) reprochait au praticien d'avoir tenu des propos choquants sur le sort réservé aux handicapés par les nazis, évoquant leur extermination.

"Lors de la conversation avec l'infirmière, il a fait part de la souffrance que lui inspirait le patient lourdement handicapé qu'il venait de soigner".

Durant son audience, l'accusé a clamé une mauvaise interprétation de son allocution qu'il qualifie de "réflexions cyniques désabusées et philosophiques".

Il avait comparu devant la chambre disciplinaire de l'Ordre régional des médecins, le samedi 24 juin 2017.

Pas de quoi convaincre donc, l'ordre régional des Médecins, qui le suspend 6 mois de ses fonctions, dont 3 fermes, "au principe de la moralité".

Frédéric Bastian, président d'SOS Médecins dont le prévenu est membre, regrette la décision de suspension, qu'il juge "injustifiée" et "disproportionnée".

Dernières nouvelles