16 ans de prison pour un serial killer de chats — États-Unis

Image d'illustration

Image d'illustration

Cet homme de 26 ans a en effet été condamné vendredi 14 par un tribunal de Californie à une peine de 16 ans de prison. Et, détail sordide, il a abusé sexuellement du cadavre d'au moins l'un d'entre eux.

Durant des semaines, les chats du quartier de Cambrian Park, à San Jose, disparaissaient de manière inexpliquée.

Depuis septembre 2015, les chats du voisinage de Cambrian Park se volatilisaient. Plusieurs chats disparaissent mystérieusement. Dans le même temps, certaines personnes ont raconté avoir aperçu un homme tentant d'emporter deux félins dans son sac à dos. L'un des chats, qu'il a enlevé a réussi à s'échapper.

Le juge a par ailleurs interdit à Farmer de s'approcher d'un chat pendant 10 ans après sa libération. Ce n'est encore que le début du sordide.

Dans les jours qui suivent, alors que le bourreau des matous est introuvable, il commence à "restituer" les chats qu'il a dérobés.

Selon les médias américains, des cadavres de félins mutilés avaient été retrouvés dans les poubelles, dans des sacs en plastique ou dans des boîtes à chaussures.

Mais les caméras de vidéosurveillance vont finir par parler et l'homme va être identifié. Il s'appelle donc Robert Roy Farmer et est le fils d'un ancien capitaine de la police. Localisé dans sa voiture, il est en train de dormir quand les policiers l'appréhendent. Sur le siège passager, se trouve "Tabby", l'un des derniers chats disparus. Au moment de son interpellation, un chat mort a été retrouvé dans le véhicule, ainsi que des gros morceaux de fourrure, des traces de sang, des gants recouverts de fourrure et un couteau de chasseur, note le journal. "On dirait que c'est un autre homme qui a commis ces crimes, mais je sais que c'était moi". Lors du procès, le psychiatre ayant examiné l'accusé l'a qualifié de "danger pour la communauté" et de sociopathe sans espoir de réhabilitation.

Dernières nouvelles