Maroc : la BAD débloque 200 millions dollars pour le plan d'industrialisation

Maroc: 200 millions $ de la BAD pour soutenir l’industrialisation

La BAD approuve deux grosses opérations de financement au Maroc

Abidjan, le 14 juillet 2017 - Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, ce vendredi 14 juillet 2017, un Accord de participation aux risques (APR) d'un montant de 50 millions de dollars EU, au profit de la Banque centrale populaire (BCP) du Maroc.

Selon un communiqué officiel, ce programme a pour objectif principal d'accélérer l'industrialisation du Maroc et de consolider les bases d'une croissance durable et partagée. C'est le montant du prêt que la Banque africaine de développement (BAD) vient d'accorder au Maroc pour le financement de la première phase du Programme d'appui à l'accélération de l'industrialisation au Maroc (PAAIM I). Il ambitionne de porter la contribution de l'industrie de transformation dans le PIB national de 14 à 23% et de créer 500 000 emplois dans le secteur de l'industrie durant cette période.

Ainsi, les interventions de la Banque s'articuleront autour de deux piliers à savoir: la Promotion de l'industrialisation verte par les PME et le secteur exportateur et l'Amélioration des conditions de vie par l'emploi pour les jeunes, les femmes et en zone rurale.

"L'APR permettra de répondre à la demande croissante des marchés africains en matière de financement du commerce extérieur dans des secteurs économiques vitaux, tels que l'agroalimentaire, la santé, les services et l'industrie", lit-on dans le document.

A ce jour, 32 opérations totalisant 2,3 milliards d'euros d'engagements sont enregistrées dans le cadre du partenariat entre le Royaume du Maroc et le Groupe de la Banque africaine de développement. Les infrastructures concentrent à elles seules 84 pour cent du total.

"Ce programme va donner une nouvelle impulsion au mouvement d'industrialisation du Maroc, ce qui permettra au Royaume de renforcer encore plus son intégration dans les chaînes de valeur mondiales", a déclaré le directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord, Mohamed El Azizi, lors du conseil d'administration chargé d'approuver le programme.

L'octroi de cet APR est également justifié par l'institution panafricaine par " le contexte actuel où la majorité des banques africaine disposent d'une faible capitalisation, limitant leur capacité à obtenir des lignes de financement auprès des banques internationales.

Dernières nouvelles