Les musulmans retournent à la mosquée al-Aqsa — Jérusalem

Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont lieu sporadiquement.

Les tensions qui avaient immédiatement suivi l'installation des détecteurs de métaux avaient rapidement dégénéré en affrontements violents à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée, faisant cinq morts et des dizaines de blessés.

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies se tiendra, lundi, après les violences dont ont été victimes des Palestiniens à El-Qods de la part des occupants israéliens.

Les forces de sécurité israéliennes retirent des détecteurs de métaux à la Porte des Lions, près d'une entrée principale du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 24 juillet 2017.

Les autorités israéliennes avaient installé des portiques de sécurité à l'entrée de ce lieu saint le 16 juillet dernier, conséquence de la mort de deux policiers israéliens à Jérusalem. À la suite de ces tensions, le Président palestinien, Mahmoud Abbas, a annoncé vendredi le gel des contacts avec Israël. Les entrées de l'esplanade sont contrôlées par Israël. Les règles tacites actuellement en vigueur laissent un libre accès aux musulmans qui peuvent y monter à toute heure, les juifs pouvant y aller à certaines heures et sans pouvoir y prier. Troisième lieu saint de l'islam, il abrite notamment la mosquée Al Aksa et le dôme du Rocher. Au moins huit Palestiniens ont été blessés.

Dans la soirée, un jeune Palestinien de 19 ans a tué à coups de couteau trois membres d'une famille Israélienne pendant le dîner de shabat. Son frère a été arrêté, les mesures de la maison prises en vue de sa destruction et des armes ont été confisquées, a indiqué une porte-parole militaire. Selon elle, l'assaillant de 19 ans est un sympathisant du mouvement islamiste Hamas. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a proclamé dimanche que " personne ne pouvait attendre du monde musulman qu'il ne réagisse pas face aux restrictions imposées au Noble sanctuaire [l'esplanade des Mosquées] et aux offenses faites à l'honneur des musulmans ".

Les ministres jordanien et émirati des Affaires étrangères se sont entretenus par téléphone, appelant les autorités israéliennes à la réouverture "immédiate et totale" de l'accès à la mosquée al-Aqsa, selon une source officielle jordanienne.

Des fidèles musulmans ont ainsi refusé de passer par les portiques de sécurité, la partie palestinienne estimant que cette décision israélienne était une tentative de contrôler davantage le site.

Pour Ofer Zalzberg, analyste pour l'International Crisis Group, l'"erreur de Netanyahou" a été "de ne pas recourir à un interlocuteur musulman". "Si la rue dit oui, nous disons oui; si la rue dit non aux mesures, nous dirons non", avait-il ajouté.

Dernières nouvelles