Affaire Grégory: chacun des protagonistes est resté sur ses positions

Murielle Bolle en 1986

Murielle Bolle en 1986

La confrontation entre Murielle Bolle et son cousin à l'origine de sa mise en examen pour son rôle présumé dans le meurtre du petit Grégory Villemin a débouché vendredi sur un statu quo, a déclaré le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc.

Murielle Bolle "a réitéré qu'elle n'avait pas fait l'objet de violences".

Murielle Bolle, âgée de 15 ans à l'époque des faits, en 1984, avait d'abord affirmé avoir été dans la voiture de Bernard Laroche, qui était son beau-frère et le cousin du père de Grégory, lorsqu'il avait enlevé le garçon de quatre ans, avant de se rétracter au lendemain de son retour dans sa famille. Cette rétractation éclair est au coeur des investigations.

Si les enquêteurs considéraient déjà comme "établi" que Murielle Bolle avait été "malmenée" par sa famille, le cousin ajoute avoir reçu ce soir-là ses confidences: elle lui aurait avoué avoir assisté à l'enlèvement.

"On est parole contre parole", admet Me Jean-Christophe Tymoczko, qui représente Patrick F. "Les deux discours ne concordent pas".

Le témoin, décrit comme ayant une santé fragile, dit avoir décidé de parler après l'arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, mi-juin.

Vendredi, dans le bureau de la présidente de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon (est de la France), Claire Barbier, ce nouveau témoin va devoir répondre aux avocats de Mme Bolle, qui disent avoir des "arguments solides pour faire vaciller" sa déposition.

Soupçonnés d'être les "corbeaux" de l'affaire, ils sont inculpés pour enlèvement et séquestration suivie de mort.

L'une des questions portera notamment la présence sur les lieux le 5 novembre 1984 d'un avocat, Me Paul Prompt, aujourd'hui décédé.

En discréditant le témoignage de son cousin, les avocats de Murielle Bolle veulent faire un pas vers sa mise hors de cause, avant de plaider sa remise en liberté sous contrôle judiciaire, le 4 août. Selon les avocats de Murielle Bolle, le cousin en question est un "mythomane " qui "n'a pas de connaissances précises de Murielle Bolle ", ont-ils affirmé en fin d'après-midi lors d'un point presse. Elle est incarcérée depuis le 29 juin.

Dernières nouvelles