Des œufs contaminés au Fipronil sont arrivés en France — Crise sanitaire

Europe: des millions d'œufs retirés des supermarchés

Crise des oeufs en Europe : ce qu'il faut savoir

Mais en réalité, l'affaire a commencé dès le mois de juillet aux Pays-Bas.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Selon la Fédération nationale de l'agriculture et de l'horticulture (LTO), des centaines de milliers de poules ont été abattues mais ce chiffre pourrait à terme atteindre des millions.

Des millions d'œufs, contaminés par un insecticide, sont retirés des supermarchés dans toute l'Europe.

" La détection des œufs contaminés était la plus haute priorité". Le produit avait été fourni aux éleveurs par la société néerlandaise Chickfriend spécialisée dans le traitement des parasites et notamment des "poux rouges", maladie fréquente dans les élevages de volailles. Certains élevages ont eu recours à un antiparasitaire de la société Chickfriend, le Dega-16.

"Nous sommes au courant depuis début juin qu'il y avait potentiellement un problème de fipronil dans le secteur avicole", a déclaré Katrien Stragier, une porte-parole de l'Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), à la télévision flamande VRT.

2 - Le fipronil est-il toxique?

En grande quantité, cet insecticide est considéré comme "modérément dangereux" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le ministère de l'Agriculture, les données de toxicité du fipronil sont connues: à l'état de traces, ce produit ne présente pas de risque pour la santé humaine. Les Pays-Bas avaient auparavant alerté la Commission européenne, via le système d'alerte mis en place en cas de risque pour la santé des consommateurs, quelques jours après la Belgique - qui a été le premier pays de l'UE à le faire - et peu avant l'Allemagne.

Lors des phases d'analyse et de traitement de la première contamination recensée, et d'enquête consécutive à la découverte de la source de contamination, l'Agence estime qu'elle n'avait pas besoin de communiquer au grand public, ayant en effet "directement fait le nécessaire afin d'éviter, depuis l'exploitation concernée, la progression de la contamination dans la chaîne alimentaire".

"Les professionnels de l'amont (producteurs d'œufs) ont été informés et il leur a été demandé de vérifier leurs approvisionnements", rassure le ministère de l'Agriculture dans son communiqué.

"Ces " établissements d'ovoproduits sont situés dans la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan", précise le ministère, qui ajoute que " des enquêtes de traçabilité sont en cours " pour " identifier la destination des produits déjà expédiés et susceptibles d'être contaminés ".

Dernières nouvelles