Cameroun - Can 2019: Le patriotisme à l´épreuve des faits

Acharnement contre le Cameroun : Tombi A Roko rejoint Abdouraman Hamadou

Afrique Organisation CAN 2019: Issa Hayatou sort du silence et tacle Ahmad

Fort de cette opposition, un imbroglio total est né et le doute plane. " Même si on a le rapport que le Cameroun est incapable d'abriter la CAN, on va ouvrir un appel d'offres". La rejettera-t-il pour faire un bras d'honneur à Ahmad Ahmad?

L'ancien journaliste de la CRTV et ex- Directeur général de la Fédération camerounaise de Football (FECAFOOT) ne s'est pas soustrait à l'actualité brulante autour de l'organisation de la prochaine Coupe d'Afrique des Nations de football.

La sortie médiatique du président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad, lors d'une visite au Burkina Faso ce weekend, n'est pas passée inaperçue. Une telle phrase n'est pas faite pour plaire aux dirigeants camerounais bien évidemment. Personne ne peut dire que le Cameroun n'a rien fait.

Les autorités ont tenu a le confirmer après les propos samedi du président de la confédération africaine de football Ahmad Ahmad qui doutait publiquement de la capacité du Cameroun à accueillir la compétition. Suite à ses déclarations, la réaction du Cameroun ne s'est pas fait attendre. Elle est donne pour exemple la récente CAN féminine que le pays a accueilli en 2016. Rien, rien, rien. Pour le cas du Cameroun, il n'y a encore eu aucune inspection, et les gens disent que nous n'avons rien.

Mardi soir, c'est le Vice-président de la CAF qui a fait une sortie pour défendre son patron, et visiblement pour "calmer le jeu".

On le soupçonnait depuis un certain temps, et c'est désormais acté: Ahmad Ahmad veut faire payer la note à son prédécesseur, le Camerounais Issa Hayatou, qu'il accuse d'avoir, en janvier dernier, dessaisi son pays, Madagascar, de l'organisation de la CAN des moins de 17 ans. "Combien de pays africains peuvent présenter les mêmes infrastructures?"

Pour l'heure, Issa Hayatou s'en réfère au comité d'organisation de la CAN 2019 qui assure que tous les stades seront prêts d'ici septembre ou octobre 2018.

Cette décision est inédite dans l'histoire du football africain, où le Cameroun se distingue pourtant comme le deuxième pays le plus capé avec cinq titres de champion remportés, après l'Egypte (sept sacres), un palmarès également enrichi par huit participations à la Coupe du monde et surtout l'exploit réalisé en 1990 en Italie de jouer les quarts de finale, une première sur le continent. Devrait-on y voir le prolongement d'une inimité envers Issa Hayatou?

Dernières nouvelles