Fipronil dans les œufs : les risques pour la santé humaine

Stéphane Travert souhaite des échanges plus rapides avec ses voisins européens

Fipronil dans les œufs : les risques pour la santé humaine

L'ANSES souligne également "qu'aucune contamination de viande de poulet de chair par le fipronil " n'a été rapportée à ce jour, elle a toutefois investigué cette hypothèse.

Près de 250.000 oeufs contaminés au fipronil, importés de Belgique et des Pays-Bas, ont été "mis sur le marché" en France depuis avril, a indiqué, ce vendredi, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, tout en assurant que "le risque pour la santé humaine est très faible".

"L'avis que rend l'Anses [.] conforte ce que j'avais pu indiquer mercredi, à savoir que le risque pour la santé humaine est très faible au vu des niveaux de fibronil constatés dans les oeufs contaminés mais aussi au vu des habitudes alimentaires françaises", a avancé le ministre. Ainsi, au vu de la concentration actuelle de fipronil dans les œufs contaminés, un adulte de 70 kg peut en consommer jusqu'à 10, en une journée, et rester en dessous de la valeur toxicologique de référence aiguë. Cette substance est autorisée dans les traitements réservés aux animaux de compagnie, mais interdite pour les animaux d'élevage dont les produits sont destinés à la consommation humaine.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé ce vendredi 11 août 2017 que les œufs contaminés au Fipronil étaient sans danger pour la santé. "Des niveaux de dose de l'ordre de 10 fois la dose de référence aiguë n'ont conduit qu'à des symptômes bénins et réversibles", affirme l'agence. Elle rappelle tout d'abord que la toxicité du fipronil est plutôt modérée et que les effets observés chez l'homme sont généralement bénins.

"Sur cette base, la quantité maximale d'œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte) " a calculé l'agence. A l'échelle internationale, "les rares observations de convulsions relevées (.) sont liées à des ingestions de grandes quantités de ce type de produits", ajoute l'Anses.

" Enfin, deux centres d'emballage d'œufs (Nord et Somme), ont reçu des œufs de consommation contaminés des Pays-Bas et de la Belgique".

Un deuxième lot d'environ 48 000 œufs contaminés, en provenance des Pays-Bas a été mis en vente entre le 19 et le 28 juillet. Le fipronil a donc été utilisé frauduleusement dans les élevages des Pays-Bas et de Belgique pour traiter les poux rouges des poules. Leur destination, des "établissements d'ovoproduits", chargés de réaliser des transformations des œufs pour le compte de la restauration ou de l'industrie agroalimentaire. Le distributeur, LEADER PRICE, a procédé au retrait des œufs encore en rayon dès qu'il a eu connaissance d'un risque de contamination.

Selon le ministre, dans le cadre de l'enquête en cours, tous les produits concernés vont être retirés "pour être évalués". Ils seront remis sur le marché en cas de résultats favorables.

Dernières nouvelles