Attaque à Levallois : Le suspect, un Algérien, inconnu des services de police

France      l'opération Sentinelle va

France l'opération Sentinelle va"s'inscrire dans la durée, assure Parly Politique Attaque à Levallois Perret: l'opération Sentinelle à nouveau ciblée

Elle blesse six d'entre eux avant de prendre la fuite pour une cavale qui va durer plusieurs heures.

"Nous savons que c'est un acte délibéré, ce n'est pas un acte accidentel", a dit le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb après avoir vu les militaires hospitalisés à Bégin. Un homme a été interpellé mercredi à la mi-journée.

"Il a percuté un véhicule, il a essayé de percuter des fonctionnaires de police qui à ce moment-là sont à pied, donc sont particulièrement exposés et vulnérables", a-t-il détaillé sur BFMTV avant d'ajouter qu'il avait "fait mine de récupérer ce qu'on pouvait penser être une arme à ce moment-là". Sur la dizaine de soldats du groupe, six ont été blessés dont deux sérieusement, selon les déclérations officielles.

D'importants moyens ont été mobilisés pour retrouver l'auteur des faits, un homme seul, au volant d'une BMW, .

Les enquêteurs vont désormais étudier la vidéosurveillance. A seulement 10 km de Levallois Perret.

"Un des militaires était en fauteuil roulant, un autre avec des bandages au bras".

©BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ - En Belgique aussi, les militaires patrouillent dans les rues depuis les attentats français et belges. Selon Patrick Balkany, le maire de Levallois, les images n'ont pas permis de distinguer son visage.

Concernant les tentatives d'assassinat de Levallois-Perret pour lesquelles le parquet a saisi les services antiterroristes, les investigations se poursuivaient pour comprendre les motivations de l'agresseur. Les investigations ont été confiés à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Un avis que ne partage pas l'ex-colonel Michel Goya, qui y a consacre un article sur son blog : "Si on examine le bilan réel de l'engagement de militaires sur le territoire métropolitain depuis octobre 1995", écrit-il, "on constate que strictement aucun attentat, de quelque origine qu'il soit, n'a jamais pu être empêché par cette présence". Les trois autres ont été plus légèrement blessés et conduits à l'hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne). Présents depuis une semaine en Ile-de-France dans le cadre de l'opération Sentinelle, ces militaires appartiennent au 35 régiment d'infanterie de Belfort. La ministre des Armées, Florence Parly, en visite en début de semaine à un contingent de soldats en patrouille autour du bassin de la Villette à Paris, a annoncé que l'opération "Sentinelle" serait prochainement adaptée "pour s'inscrire dans la durée", faisant savoir qu'elle resterait en place "tant qu'elle sera utile à la protection des Français".

Dernières nouvelles