La vitamine B3 pourrait réduire les risques de fausses couches

La vitamine B3 pourrait réduire les risques de fausses couches

La vitamine B3 pourrait réduire les risques de fausses couches

C'est ce qu'une étude publiée par la revue New England Journal of Medicine laisse entendre. Jusqu'ici, c'est la vitamine D, présente dans l'organisme à l'état naturel dans la viande et les légumes, qui aide à combler ce déficit. Et selon les résultats de leurs recherches, cette molécule aurait besoin d'un taux suffisant de vitamine B3 pour se développer, d'où la nécessité d'une cure. Chez les souris en tout cas. "Une fois l'alimentation changée, les fausses-couches et handicaps de naissance ont été totalement évités".

Au cours de 12 ans de recherches, l'équipe a analysé les gènes de familles de souris particulièrement touchées par les fausses couches et les handicaps de naissance. Pour elle, cette découverte est une très bonne nouvelle pour la médecine et va permettre de "faire reculer le nombre de fausses couches et de handicaps de naissance à travers le monde". Les scientifiques ont ainsi repéré des mutations génétiques au niveau de la molécule nicotinamide adénine dinucléotide (NAD).

Le ministre de la Santé australien, Greg Hunt, a parlé d'une " découverte médicale historique ".

Ils ont ensuite mené des tests sur des souris femelles, en leur faisant ingérer des gélules de vitamine B3.

Si ces recherches sont prometteuses, il est trop tôt pour conseiller aux femmes enceintes de prendre une cure de vitamine B3, précise à Science Mag le chercheur Matthew Vander Heiden, qui n'a pas participé à l'étude mais étudie la molécule NAD et son impact sur le cancer.

Les auteurs de l'étude veulent maintenant de créer un test permettant de repérer les femmes ayant un risque de déficience de NAD.

Dernières nouvelles