Les options militaires "prêtes à l'emploi" (Trump) — Corée du Nord

Trump a adressé un

Le secrétait d'État américain Rex Tillerson lors d'une conférence de presse à Riyad le 20 mai 2017

"Alors que le président américain a lancé mardi une spectaculaire mise en garde au régime nord-coréen, lui promettant " le feu et la colère ", Pyongyang a répliqué ce jeudi en affirmant " qu'un dialogue sensé " n'était " pas possible avec un tel gars dépourvu de raison et que seule la force absolue " fonctionnait avec le chef de la Maison Blanche. "J'espère que Kim Jong-Un trouvera une autre voie!", a-t-il pour autant précisé.

Plus tôt vendredi, la Chine avait tenté de faire retomber la fièvre. "Nous appelons tous les parties à faire preuve de prudence dans leurs mots et leurs actions, et à agir davantage pour apaiser les tensions", a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, dans un communiqué. "Il est grand temps que quelqu'un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d'autres pays", a-t-il déclaré depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances.

Sur un ton moins martial, le ministre américain de la Défense Jim Mattis a insisté jeudi sur le fait que "l'effort américain est porté par la diplomatie".

Le Pentagone n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de l'AFP sur les dernières déclarations du président américain. La Corée du Nord a annoncé jeudi 10 août qu'elle peaufinait un plan pour tirer quatre missiles de portée intermédiaire vers l'île de Guam, un territoire américain situé dans l'ouest de l'océan Pacifique.

- Retour aux négociations - La Corée du Nord dispose de l'arme nucléaire, et, selon le Washington Post, le renseignement militaire américain en est désormais convaincu: Pyongyang a réussi à miniaturiser suffisamment une bombe atomique pour l'embarquer sur l'un de ses missiles intercontinentaux.

Quatre missiles seront tirés simultanément, a expliqué l'armée. Ils s'abîmeraient ainsi à l'extérieur des eaux territoriales américaines. En revanche, s'ils réagissent, quelle sera la réponse de Pyongyang? "Cela ne va pas continuer comme ça", a-t-il tonné. La résolution avait été proposée par.Washington.

La Corée du Nord et les Etats-Unis se livrent depuis plusieurs semaines à une joute verbale laissant craindre une escalade militaire.

"La Chine devrait aussi indiquer clairement que si la Corée du Nord tire des missiles qui menacent d'abord le sol américain et que les Etats-Unis ripostent, la Chine restera neutre", dit un éditorial du Global Times, contrôlé par le pouvoir. Ces sanctions étaient proposées par Washington. Interrogé sur les propos de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a affirmé ne pas voir de solution militaire à ce conflit, il a estimé qu'elle parlait seulement pour son pays.

Dernières nouvelles