Oeufs contaminés : quels sont les risques ?

Oeufs contaminés: quel risque si vous en avez mangé ?Oeufs contaminés: quel risque si vous en avez mang

Oeufs contaminés: quel risque si vous en avez mangé ?Oeufs contaminés: quel risque si vous en avez mang

Le scandale des œufs contaminés au fipronil n'a pas épargné la France.

Aucun établissement n'a réceptionné d'œufs originaires des Pays-Bas ou de la Belgique.

Paris, le vendredi 11 août 2017 - La contamination d'œufs par des traces de fipronil (molécule notamment utilisée comme antiparasitaire vétérinaire mais interdit pour la thérapeutique des animaux d'élevage), continue de secouer l'Europe.

"En conclusion, en cas de dépassements des niveaux de consommation maximale d'œufs ou de viande de poulets contaminés identifiés par l'Agence, le risque ne peut être exclu", estime l'Anses.

Les faits remontent au 20 juillet, date à laquelle la Belgique et les Pays-Bas " informaient les Etats membres de la présence de fipronil dans des oeufs et de la viande de volaille, au sein de différents ateliers de production de leur pays ". En France, les ministères en charge de l'agriculture, de la santé et de la consommation ont saisi l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) pour une évaluation des risques liés à la consommation d'œufs contaminés.

Les effets qui pourraient survenir en cas d'ingestion, au vu du mécanisme d'action du fipronil et des données expérimentales, sont des effets neurotoxiques, et notamment des convulsions. Les rares observations de convulsions relevées dans la littérature internationale sont liées à des ingestions de grandes quantités de ce type de produits.

L'Anses a également défini la quantité maximale d'œufs pouvant être consommée en une seule fois sans s'exposer à un risque aigu. Pour un enfant de 3 à 10 ans pesant en moyenne 25 kg, cette valeur est estimée à trois œufs par jour. Concrètement, pour qu'un homme de 70 kg tombe "malade" à cause du fipronil, il doit consommer au moins 10 oeufs. Des analyses ont en effet été réalisées au niveau européen sur des muscles de poules pondeuses traitées et permettent d'apporter des éléments.

L'ANSES conclut que tous les produits susceptibles de dépasser le seuil réglementaire de concentration de résidus de fipronil "ne devraient pas être commercialisés ni maintenus sur le marché". Par ailleurs elle ajoute qu'en cas d'élimination des volailles, des œufs ou des ovoproduits infectés par l'insecticide, il sera nécessaire de s'assurer que l'opération ne conduit pas à une contamination ultérieure de la chaîne alimentaire.

Dernières nouvelles