BCE lance un appel pour réviser la circulaire numéro 73

De l'héritage au mariage inter-religieux BCE prononce un discours historique envers la femme tunisienne

Tunisie : BCE plaide pour l'amendement progressif des lois sur l'héritage et l'égalité

Célébrant la fête nationale de la Femme en ce dimanche 13 août 2017, Béji Caïd Essebsi, le chef du Gouvernement et le ministre de la Justice à réviser la circulaire du 5 novembre 1973 relative au mariage des "Tunisiennes musulmanes ou présumées telles, avec des non-musulmans ou présumés tels " et qui interdit cette union. "La Constitution permet de faire ce genre de modification", a indiqué le président de la République.

"Il est désormais nécessaire de réformer le Code du Statut Personnel dans plusieurs de ses volets pour consacrer l'égalité entre les citoyennes et les citoyens conformément aux enseignements de l'Islam et à l'article 21 de la nouvelle Constitution tunisienne", a-t-il plaidé. "Il faut se féliciter de cette nouvelle orientation et l'encourager en vertu de la doctrine appelant à l'effort de réflexion (al-Ijtihad)", a-t-il recommandé".

S'appuyant sur les dispositions constitutionnelles, Béji Caid Essebsi évoque plusieurs lois.

Avançant de nombreux chiffres sur la situation des femmes en Tunisie, Béji Caid Essebsi salue leur rôle au sein de la société tunisienne: 75 femmes députées, 60% des médecins sont des femmes, 75% des dentistes et des pharmaciens sont des femmes, 35% de femmes ingénieurs, 41% de femmes juges, 43% de femmes avocats. "Aujourd'hui, la femme est l'égale de l'homme" a-t-il affirmé.

Dernières nouvelles