L'agresseur de NKM condamné à 3 mois de prison avec sursis

Agression de NKM : Vincent Debraize condamné à 3 mois de prison avec sursis et 1000 euros d'amende

Vincent Debraize, l'agresseur de NKM, condamné à 3 mois de prison avec sursis

Vincent Debraize, maire de Champignolles (Eure), est reconnu coupable d'agression sur Nathalie Kosciusko-Morizet.

Pourtant, le tribunal a retenu le témoignage de ces témoins et a déclaré Vincent Debraize coupable d'outrage et violence sur personne chargée d'une mission de service public. Elle avait alors chuté et perdu connaissance plusieurs minutes. Une peine assez proche des réquisitions du procureur, qui réclamait quatre mois de sursis et 1 500 € d'amende. Nathalie Kosciusko-Morizet a expliqué qu'elle tractait lorsque l'homme est arrivé vers elle vers 10 heures, très agressif. Alors qu'elle distribuait des tracts, Vincent Debraize les lui avait pris des mains pour les lui envoyer au visage. "Quasiment en même temps, il m'a donné un coup au thorax et je suis tombée en arrière". Ce n'était pas un différend, il n'y a pas eu d'échange d'arguments.

"Non, je n'étais pas agressif", s'est défendu Vincent Debraize, qui dit avoir reproché à NKM son "parachutage" dans la 2e circonscription de Paris où se présentait également l'ex-"plume" de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, qu'il avait soutenu pour une candidature à la présidentielle. Finalement, NKM avait été battue au second tour, le 18 juin, par le candidat LREM Gilles Le Gendre. Elle s'est avancée vers moi et m'a lancé: "dégage connard". "Lorsqu'un citoyen n'est pas content d'un élu, la seule sanction possible est de ne pas voter pour lui, pas de l'agresser", avait expliqué le procureur.

Dernières nouvelles