Turquie. Nouveau revers judiciaire pour Loup Bureau

Les 150 étudiants du département Info-com de l'IUT de Lannion demandent la libération de Loup Bureau

Les 150 étudiants du département Info-com de l'IUT de Lannion demandent la libération de Loup Bureau. | DR

Une banderole de soutien au journal Loup Bureau accrochée sur la façade du conseil départemental de Loire-Atlantique. Étudiant en dernière année de l'école bruxelloise, Loup Bureau devait initialement présenter son mémoire ce lundi. La justice turque a confirmé le refus de la demande de libération conditionnelle du journaliste nantais détenu depuis fin juillet en Turquie, a annoncé mercredi son avocat.

"L'appel du refus de libération de Loup Bureau a été rejeté", a ainsi indiqué Martin Pradel, l'un de ses avocats français, sur son compte Twitter. "La Cour constitutionnelle de Turquie va être saisie", a ajouté l'avocat. Le journaliste a été interpellé à la frontière entre l'Irak et la Turquie et est depuis incarcéré à l'ouest du pays. L'ancien chef de l'État affirme avoir fait toutes les démarches en lien avec le gouvernement pour "dire toute l'évidence de la libération de Loup Bureau qui est allé faire un reportage [avec les terroristes du PKK, considéré par les US et l'Union Européenne comme une organisation terroriste] et qui ne doit à aucun moment être soupçonné d'être un agent voulant déstabiliser l'État turc".

Le 25 août, une première demande de libération avait déjà été rejetée.

Sur le terrain, la mobilisation se poursuit: le 16 septembre, un rassemblement de soutien aura, par exemple, lieu à Bruxelles.

Dernières nouvelles