Session parlementaire suspendue — Togo

Togo: l'opposition n'a pas manifesté

Suspension de la session extraordinaire du parlement togolais

Mais, aussitôt après son lancement le président de l'Assemblée nationale, Dama Dramani, a demandé s'il y avait des observations. Le débat a conduit à une suspension de la séance, puis à la suspension de la session jusqu'au lendemain matin. Il devrait porter surtout sur "l'examen du projet du budget de l'Assemblée nationale/gestion 2018 ". La mobilisation n'a pu donc avoir lieu devant le siège du parlement comme le prescrivait le mot d'ordre de l'opposition.

" Nous sommes dans une situation délicate et ce n'est pas normal que représentants du peuple que nous sommes, nous préférons notre budget au détriment de la question des réformes pour lesquelles le peuple manifeste depuis quelques jours dans les rues", a déclaré Jean-Pierre Fabre. "L'Assemblée nationale doit se pencher sur les réformes", a insisté Fabre.

"Vu la situation que traverse le pays, nous sommes tous appelés à contribuer à l'apaisement du climat". Elle a été suspendue et rependra demain mercredi 13 septembre, après une conférence du bureau du Parlement et des présidents.

Le président du groupe parlementaire de l'Union pour la République, au pouvoir, lui a rétorqué que l'ordre du jour prévu à cette session devait être respecté. La zone a été bouclée dès les premières heures de la matinée par les forces de l'ordre.

Dernières nouvelles