Christian Estrosi créé son propre mouvement — Les Républicains

Christian Estrosi

Christian Estrosi

Le 1er vice-président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur annonce vouloir occuper l'espace entre des Républicains "profondément radicalisés " et une "droite macroniste ". Sans avoir rejoint Emmanuel Macrin, l'édile ne cache pas son opposition à la droite dure, menée par Laurent Wauquiez. "Derrière cette collégialité, ce sont des centaines d'élus locaux qui veulent participer à ce mouvement de citoyens actifs et non d'adhérents payants", indique, qui précise ces élus seront libres de rester attachés aux Républicains à La République en marche ou encore aux Constructifs. Il y a un comité de membres fondateurs d'une cinquantaine d'élus qui illustre la France dans sa diversité.

Même s'il se dit toujours membre des Républicains, Christian Estrosi se montre en revanche très dur envers sa famille politique. C'est ainsi que Christian Estrosi, maire Les Républicains de Nice, a présenté le nouveau courant politique qu'il compte créer après les sénatoriales, dans Le Figaro (article payant), mardi 12 septembre. "Je n'y trouve plus ce qui a constitué le fondement de mon engagement politique, le gaullisme", évoque-t-il notamment.

LIRE AUSSI Présidentielle: Estrosi, "rempart" contre le FN, selon Macron?

Christian Estrosi continue sa charge contre Les Républicains les plus "radicalisés". Je me souviens d'ailleurs que nous étions deux à dénoncer le manque de dimension sociale dans le projet de François Fillon. "Si à l'arrivée il s'agit de continuer à concurrencer le Front national, à faire de la surenchère et à multiplier les coups de menton, il est évident que ce n'est plus au sein des Républicains que la droite française sera représentée", a critiqué le maire de Nice. Je n'ai changé ni de discours ni de conviction.

Dernières nouvelles