18 réfugiés burundais tués par des militaires — RDC

RDC-Au moins 18 réfugiés burundais auraient été tués dans un camp

RDC: Plus de 30 réfugiés Burundais tués au Sud-Kivu, le Burundi exige des explications

"Nous déplorons la mort d'un militaire Fardc et de 18 réfugiés" burundais, a-t-il ajouté, avant de préciser que ce bilan est provisoire, "étant donné que les réfugiés ont emmenés les corps d'autres tués au camp pakistanais de la Monusco à Kamanyola".

Florence Marchal, une porte-parole de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), a fait état d'un bilan provisoire, de 18 morts et 50 blessés.

La plupart des réfugiés burundais ont décidé de passer la nuit devant cette base, car " les réfugiés qui sont restés chez les habitants ont été chassés comme des animaux par des congolais toute la nuit", a témoigné un réfugié, disant craindre pour ses compatriotes encore hébergés dans des familles congolaises.

Le ministre burundais des Relations extérieures et de la Coopération internationale, Alain-Aimé Nyamitwe, exige des explications sur l'incident ayant causé la mort d'une trentaine de réfugiés burundais vendredi 15 septembre à Kanyola, au Sud-Kivu.

Pour sa part, un réfugié burundais a déclaré qu'ils ont décompté 31 personnes tuées et au moins 105 blessés.

"J'ai vu des gens tomber, des hommes, des femmes et des enfants qui n'avaient aucune arme".

D'après les témoignages recueillis par l'AFP, ces réfugiés affirment pour la plupart être victime de " persécution religieuse " du gouvernement burundais.

Plus de 36.000 d'entre eux sont réfugiés en RDC, où ils sont installés dans le camp de Lusenda (est), saturé, et dans plusieurs camps de transit.

En 2013, près de 200 adeptes de ce groupe religieux avaient été condamnés par la justice burundaise à des peines allant jusqu'à cinq ans de prison pour " désobéissance civile ". Et selon le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés, la RDC est confronté à des arrivées de plus en plus massives.

Dernières nouvelles