Pas de plan B pour remplacer Pyeongchang en cas de conflit avec la Corée du Nord

Capture d'écran de la chaîne olympique

Capture d'écran de la chaîne olympique

Les épreuves de ski alpin se dérouleront en matinée lors des JO de Pyeongchang (9-25 février 2018), notamment pour convenir au public américain.

"Je pense que la politique est une chose et que les Jeux olympiques en sont une autre".

Un groupe de 17 leaders antidopage veulent que le Comité olympique russe soit banni des prochains Jeux olympiques d'hiver. Cela relève du NOC. "L'inertie du CIO pénalise les athlètes propres et l'avenir du mouvement olympique", déplorent dans un communiqué commun les agences, qui se sont réunies cette semaine à Denver pour évoquer le sujet, qu'elles qualifient de "plus grand scandal mondial de dopage dans l'histoire du sport".

Le président sud-coréen Moon Jae-in et Lee Hee-beom, le chef du comité d'organisation des Jeux de PyeongChang, ont récemment dit souhaiter que la Corée du Nord participe à la compétition.

Ils appellent les instances internationales à édicter à l'instar de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) des critères permettant aux sportifs russes de participer aux JO-2018 "de façon indépendante et neutre" lorsqu'ils se sont soumis à des protocoles sérieux de contrôles antidopage.

Dernières nouvelles