La France abaisse sa prévision de déficit à 2,9% du PIB

La croissance accèlère la réduction des déficits pour 2017 et 2018

Bruno Le Maire ministre de l'Économie,prévoit un déficit de 2,6% en 2018 AFP

La prévision officielle de déficit public en France a été revue à la baisse à 2,9% du produit intérieur brut (PIB) pour 2017, et 2,6% pour 2018, a annoncé ce mardi Bruno Le Maire sur France 2.

"2,9% cette année puis 2,6% en 2018".

Cette révision est "assez cohérente", observe Philippe Waechter, économiste chez Natixis AM, interrogé par l'AFP. "Tout ça nourrit la croissance en France et en zone euro", développe-t-il.

Pour l'heure, le gouvernement reste prudent: dans un communiqué commun, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, ont indiqué vouloir maintenir à 1,7% la prévision de croissance pour 2018.

Le gouvernement, qui avait annoncé début juillet vouloir lutter contre l'"addiction française à la dépense publique", a toutefois revu à la baisse son objectif d'économies pour l'an prochain, dans un contexte de mécontentement sur les coupes budgétaires.

Ces dernières seront "de l'ordre de 16 milliards d'euros", au lieu des 20 milliards annoncés par le Premier ministre Edouard Philippe, a confirmé Bruno Le Maire.

"Je prends ça comme une bonne nouvelle".

Une telle baisse permettra, selon lui, de "sortir de ce niveau de dépense excessif qui n'a pas amélioré la situation des Français" mais aussi de "donner à notre parole politique en Europe un poids qu'elle n'avait pas jusqu'à présent".

Des budgets en hausse partout? Manière de calmer les frondes qui émergent de toutes parts et de ne pas brider le retour de la croissance par des mesures d'austérité trop brutales. À l'aube des élections sénatoriales qui s'annoncent compliquées pour La République En Marche, Bruno Le Maire a pris soin de rappeler que les dotations aux collectivités locales ne baisseront pas en 2018 alors que le chef de l'Etat leur a réclamé un effort de 13 milliards d'économies.

Cette bouffée d'air rend par ailleurs moins pressante la réduction annoncée du nombre de fonctionnaires.

Le ministre des Finances estime que le budget 2018 "n'est ni un budget de droite ni un budget de gauche, c'est un budget qui vise à être juste et efficace".

Dernières nouvelles