Le chef aveyronnais Sébastien Bras renonce à ses étoiles Michelin

Le chef triplement étoilé Sébastien Bras veut quitter le Michelin

Le chef aveyronnais Sébastien Bras renonce à ses étoiles Michelin

Sébastien Bras, chef du restaurant trois étoiles Le Suquet à Laguiole, dans l'Aveyron, demande à ne plus figurer au guide Michelin dès l'édition 2018.

Dans un communiqué transmis mercredi à l'AFP, le fils de Michel Bras, fondateur de l'établissement en 1992, un des 27 trois étoilés français, explique avoir pris cette décision "en accord avec toute sa famille".

A 46 ans, Sébastien Bras entend ainsi échapper à "la grande pression qu'occasionne inévitablement la distinction des 3 étoiles qui nous avait été attribuée en 1999" (.) "pour continuer sereinement, sans tension, à faire vivre notre Maison avec une cuisine, un accueil, un service qui sont l'expression de notre état d'esprit, de notre territoire".

A l'époque de la mort de Bernard Loiseau, des rumeurs avaient circulé selon lesquelles le chef de 52 ans aurait pu perdre sa troisième étoile, comme l'avait annoncé un article dans la presse, et ne l'aurait pas supporté.

" Ce fut un beau challenge, source de beaucoup de satisfaction avec les évolutions que nous avons apportées..." Sébastien Bras s'est plus longuement expliqué à l'AFP: "On est inspecté deux à trois fois par an". Chaque assiette qui sort est susceptible d'être inspectée. "C'est à dire que chaque jour, une des 500 assiettes qui sort de la cuisine peut être jugée", relève le chef. "Mais je n'ai pas cet esprit-là", tempère-t-il.

"Aujourd'hui, j'ai envie de proposer le meilleur en étant hors compétition. Je vais pouvoir me sentir libre, sans me demander si mes créations vont plaire ou non aux inspecteurs du Michelin", a ajouté M. Bras.

Sébastien Bras, le chef aveyronnais triplement étoilé, renonce au Michelin.

En 2006, Antoine Westermann avait aussi renoncé à cette distinction suprême, pour transmettre son restaurant à son fils et poursuivre son activité ailleurs. Mais la cuisine "n'est pas le seul domaine" concerné, "c'est vrai aussi pour les grands sportifs". "Nous avons l'habitude de dire aux cuisiniers, ne travaillez pas pour le guide Michelin, travaillez pour le client". En 2008, Olivier Roellinger avait quant à lui fermé son restaurant trois étoiles à Cancale (ouest de la France), affirmant ne plus avoir la condition physique pour être derrière les fourneaux et vouloir partager sa cuisine "autrement".

Dernières nouvelles