Réforme du code du travail : moins de monde dans les cortèges

Manifestation contre la réforme du Code du travail à Lyon le 12 septembre

Manifestation contre la réforme du Code du travail à Lyon le 12 septembre

Par ailleurs, l'Union nationale des syndicats autonomes (Unsa-ferroviaire) a appelé hier les cheminots à se mobiliser pour la journée de jeudi, par la grève et des manifestations, contre la réforme du Code du travail.

La mobilisation d'hier a été un peu moins suivie que la première: selon la Préfecture de Police 16.000 personnes ont participé à la manifestation à Paris, alors que les syndicats parlent de 55.000.

Le chef de l'Etat a solennellement signé les textes de la réforme dans les bureaux lambrissés du palais de l'Elysée, siège de la présidence, lors d'une cérémonie officielle retransmise en direct à la télévision. Mais Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a revendiqué ce jeudi un niveau de mobilisation "équivalent" à celui de la semaine dernière et "plus de débrayages dans les entreprises".

Les premiers rassemblements contre le projet ont lieu le 13 juillet à Paris et dans d'autres villes, à l'appel des Insoumis de Jean-Luc Mélenchon, le jour où le texte est adopté en première lecture par les députés. Des jets de projectiles et des dégradations ont été constatés dans le défilé parisien.

L'encre des ordonnances à peine sèche, le gouvernement entend s'atteler dès le début du mois d'octobre aux réformes de la formation professionnelle et de l'assurance-chômage.

"Il faut que les salariés interviennent et que les citoyens interviennent, c'est ça la démocratie dont ne parle pas M. Macron", a-t-il déclaré, en réponse au président qui a dit mardi depuis New York que "la démocratie, ce n'est pas la rue".

Une partie des mesures s'appliquent dès publication, comme le barème des indemnités prud'homales ou la réforme du télétravail, tandis que d'autres, comme la fusion des instances représentatives du personnel, nécessiteront des décrets d'application, qui seront publiés d'ici au 31 décembre. À partir du 25 septembre, ce sont les routiers qui prévoient des blocages, notamment dans des dépôts de carburant. Et ils promettent une "mobilisation massive".

Elle se situe dans la continuité de la loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, communément appelée "loi travail " ou "loi El Khomri", qui avait été adoptée à la fin du quinquennat de François Hollande, malgré une vive opposition syndicale et politique.

"A contre-courant des critiques syndicales, la principale association de DRH a salué mercredi des ordonnances "très positives", qui vont "moderniser" et simplifier" la vie des entreprises, quand Pierre Gattaz, le patron du Medef, s'est de nouveau réjoui de la réforme, la qualifiant de "belle avancée".

Une deuxième manifestation qui faisait suite à celle 12 septembre dernier. "Non à la hausse de la CSG": ce sera le mot d'ordre le 28 septembre pour rassembler tous les retraités, qu'ils soient affiliés à la CGT, FO, CGC, CFTC, FSU, Solidaires, FGR ou membres des associations UNRPA et LSR.

Dernières nouvelles