Le général Philippe Mangou témoigne — CPI

Le général Philippe Mangou témoigne — CPI

Le général Philippe Mangou témoigne — CPI

Au deuxième jour de son témoignage à la Haye, l'ex chef d'Etat-major Philippe Mangou a révélé sa conversation avec Ouattara qui l'avait joint au téléphone dans son lieu de refuge à l'Ambassade de l'Afrique du Sud, pour l'inviter à faire une déclaration de cessez-le-feu. Mais le réexamen de la demande de Laurent Gbagbo n'a rien changé à la sentence finale: la CPI a rejeté la demande de remise en liberté de l'ancien président ivoirien.

Philippe Mangou dit avoir quitté l'Ambassade le 03 avril 2011 pour rejoindre sa résidence officielle. "N'en parle à personne", lui rétorque M. Gbagbo. Les arguments avancés par la défense n'ont manifestement pas pu faire le poids face aux arguments de l'accusation. "Ce sont des relations de président de la République à chef d'état-major des armées, donc de chef à collaborateur". " "L'existence d'un réseau de partisans qui pourrait l'aider à échapper à la justice " ou qui pourrait exercer des pressions sur des témoins a notamment été étudiée, précise le communiqué". La Chambre a également examiné l'âge et la santé de M. Gbagbo, soulignant que le rapport médical confirme que l'état de santé de M. Gbagbo s'est amélioré, et que le quartier pénitentiaire de la CPI fournit un traitement médical adéquat et respecte toutes les exigences compatibles avec la dignité humaine. "Je lui ai répondu: + démissionnez pour faire honneur à ces deux présidents, si vous pensez que vous avez gagné laissez et dans 5 ans quand vous reviendrez, ce sera un plébiscite, il y a eu trop de morts donc je vous demande de démissionner", a-t-il ajouté, insistant sur sa volonté de concilier les deux camps rivaux de l'époque: Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara.

Mais aux yeux de M. Mangou, l'hôtel n'était pas soumis à un blocus.

Encore une nouvelle fois, c'est la grande indignation chez les partisans de l'ancien président ivoirien qui voient en cette décision "une politisation du procès", explique un cadre de l'ancien mouvance présidentielle.

Dernières nouvelles