Bruno Le Maire souhaite la suppression totale de la taxe d'habitation

BFMTV- RMC

Cette communication autour de la taxe d'habitation ne tombe pas du ciel. Alors que l'exécutif s'est engagé à la supprimer d'ici 2020 pour 80% des foyers qui la paient aujourd'hui, au grand dam de certains élus locaux, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, est allé encore plus loin ce jeudi en indiquait qu'il souhaitait que la taxe d'habitation "disparaisse à terme", y compris pour les contribuables les plus aisés. Car il y aura par exemple un 13e mois de redistribution à la fin de ce quinquennat, plus de 300 euros dès l'année prochaine pour un ouvrier qui est au SMIC, a-t-il dit.

Le budget 2018 est "le budget des promesses tenues", a ajouté le ministre, alors que la publication du PLF a fait naître une polémique sur le montant des baisses de prélèvements obligatoires prévues par Bercy.

Le gouvernement a annoncé cet été qu'il réduirait la " pression fiscale " de près de 10 milliards d'euros en 2018.

Il répondait aux critiques formulées ces dernières semaines par une partie de la gauche et par plusieurs associations. Le ministre a, en effet, tenu à souligner que le budget prévu pour l'an prochain est "le budget des promesses tenues". Dans la foulée, concernant la baisse d'impôts pour les ménages et les entreprises, pour l'an prochain, "en moyenne, nous serons à 7 milliards d'euros", a indiqué le ministre.

Cette différence de 3 milliards correspond au fait que la suppression des cotisations chômage et maladie, décidée pour accroître le pouvoir d'achat des salariés, se fera en deux étapes (1er janvier et 1er octobre), alors que la hausse de la CSG, destinée à compenser cette suppression, sera intégralement appliquée au 1er janvier. "Pour la première fois depuis 15 ans, nous allons proposer un budget au Parlement qui prévoit une baisse de la dépense publique de 16 milliards".

" C'est un choix que nous assumons totalement".

Un argument rejeté par l'ONG Oxfam, qui a estimé dans un communiqué que ces réformes mettaient " à mal la fonction redistributive et solidaire de l'impôt ".

Les recettes devraient elles baisser de 303,1 milliards d'euros à 302 milliards, avec notamment la baisse prévue d'une tranche de l'impôt sur les sociétés.

Dernières nouvelles