ISF: la taxation des "produits ostentatoires" de richesse envisageable

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie Bruno Le

La nouvelle version de l'impôt sur la fortune ne doit taxer que les biens immobiliers.

Face au critique, le gouvernement a donc amorcé un rétropédalage dimanche.

"Interrogé sur BFMTV, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a fait écho aux propos de Bruno Le Maire, en se disant favorable aux " corrections " que pourrait apporter la majorité parlementaire " sur les signes ostentatoires de richesse ". Il accepte le principe d'une adaptation de la fiscalité existante pour par exemple "durcir le malus sur la pollution d'un véhicule à grosse cylindrée ".

"Bruno Le Maire a ouvert la porte à un aménagement de la taxation des navires de plaisance - le " droit de francisation " - fixée en fonction de la taille et de la puissance des bateaux, lors de la discussion parlementaire qui commencera mi-octobre à l'Assemblée nationale". Il ne remet cependant pas en cause la réforme de l'impôt sur la fortune. Il s'agissait d'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron, l'ISF est un épouvantail pour ceux qui veulent créer des richesses et investir en France. (.) Je suis opposé à toute création d'une nouvelle taxe qui viendrait compléter l'ISF sur l'immobilier. Le ministre a rappelé la volonté du gouvernement de mettre en place " une politique fiscale stable, juste et qui finance l'investissement ".

"Si votre question c'est 'est ce qu'on est favorable à surtaxer les produits ostentatoires comme les yachts ou les jets' la réponse est 'oui j'y suis favorable'", a-t-il déclaré.

Ils ont apparemment été entendus par Gérald Darmanin, qui s'est dit ce matin "personnellement favorable" aux "volontés de correction de la majorité" à condition que ce ne soit pas "la foire aux idées les plus farfelues". "J'ai toujours été pour l'intégration des oeuvres dans l'ISF ", a déclaré le président LREM de l'Assemblée nationale dans l'émission "Dimanche en politique", sur France 3. Le projet de budget 2018 prévoit de transformer l'ISF, qui touche aujourd'hui 351 000 foyers, en "impôt sur la fortune immobilière", de façon à exempter de taxes les valeurs mobilières et les placements (actions, assurance-vie...). Plusieurs mesures d'allègement des impôts pour les contribuables les plus aisés ne passent pas, alors que des mouvements ont lieu contre la réforme du code du travail et d'autres revendications.

Dernières nouvelles