Le lourd réquisitoire de scientifiques européens — Homéopathie

L'homéopathie nuisible ou utile

L'homéopathie pointée du doigt par les académies des sciences européennes

Dans un récente rapport le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) confirme l'absence de preuve solide et reproductible de l'efficacité des produits homéopathiques. "On distingue deux types de médicaments homéopathiques: les médicaments homéopathiques à nom commun et les médicaments homéopathiques à nom de marque ou spécialités homéopathiques", précise le ministère de la Santé.

Dans un rapport, un conseil scientifique déplore "l'absence de preuve solide" de l'efficacité des produits.

Les produits homéopathiques sont utilisés dans toute l' Europe par un grand nombre de personnes et pour un large éventail de maladies que ces produits sont supposés soigner.

Plus précisément le groupe de travail composé de scientifiques européens de premier plan déclare qu'il n'existe, pour aucune maladie, aucune preuve, scientifiquement établie et reproductible, de l'efficacité des produits homéopathiques.

Or, selon leur communiqué publié vendredi dernier, l'analyse des données disponibles montre que chaque fois que l'homéopathie est jugée efficace, cette efficience " peut s'expliquer par l'effet placebo, une mauvaise conception de l'étude, des variations aléatoires, une régression des résultats vers la moyenne ou un biais de publication ".

Les membres de l'EASAC reconnaissent qu'il est important de laisser au malade le choix de son traitement.

Surtout, les scientifiques demandent la fin du remboursement de l'homéopathie. "Les revendications en faveur de l'homéopathie sont invraisemblables et incompatibles avec les concepts scientifiques établis", affirment donc les scientifiques. Un constat qui les conduit à s'interroger sur les praticiens qui " prescrivent ou recommandent des produits qu'ils savent biologiquement inefficaces ".

Ces derniers évoquent ainsi un dernier risque, lié à des problèmes potentiels de sécurité en raison du manque de contrôle dans la production de ces produits homéopathiques.

En France, les médicaments homéopathiques doivent avoir fait l'objet d'un enregistrement ou posséder une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour pouvoir être commercialisés. C'est en tout cas le souhait de l'Easac, qui estime que les systèmes de santé "ne devraient pas offrir le remboursement des produits et des services homéopathiques, à moins que démonstration n'ait été faite, par des tests rigoureux, qu'ils étaient efficaces et sans danger".

Les recommandations de l'EASAC concernant les essais, la réglementation, l'étiquetage, ainsi que le marketing ont des implications importantes pour la Commission européenne: en particulier, pour la Direction générale dela santé et de la sécurité alimentaire (pour la médecine humaine et vétérinaire), l'Agence européenne du médicament (EMA) et la Direction Générale pour la justice et les consommateurs. Elle a également indiqué que les médicaments homéopathiques autorisés dans les indications de prévention et de traitement de l'état grippal ne peuvent être présentés en accès libre dans les pharmacies.

Dernières nouvelles