Un guide pour les femmes enceintes — Violences obstétricales

Violences obstétricales : un guide pour les femmes enceintes

Droits des femmes Un guide pour accompagner la grossesse

Loin d'être un gant de boxe à l'encontre des obstétriciens, gynécologues ou sages-femmes, cet opus invite les femmes à "prendre la parole" et les informe qu'elles ont le droit de choisir, de consulter et de demander leur dossier médical complet, de se faire aider par des associations d'usagers du système de santé et de consulter la mine d'informations que procure le Collectif interassociatif autour de la naissance.

Episiotomies non consenties, actes gynécologiques irrespectueux, manque de dialogue et d'explications... Le guide édité par la Fondation des femmes rappelle que "les professionnel.le.s de santé ont l'obligation de vous expliquer précisément l'ensemble des actes qu'ils proposent de pratiquer (de la prise de sang à l'épisiotomie), leur utilité et leurs risques, ainsi que les autres solutions". Y compris la femme à l'occasion d'une grossesse, d'une fausse-couche, d'une IVG [interruption volontaire de grossesse] ou d'une IMG [interruption médicalisée de grossesse], ajoute la Fondation des femmes sur son site sur lequel le guide est gratuitement téléchargeable.

De là découle l'autre notion, primordiale, abordée par le guide juridique: celle de consentement.

Les avocats de la Fondation des femmes viennent de publier un guide pour mieux informer les 800 000 femmes qui accouchent chaque année en France sur leurs droits pendant le suivi de la grossesse et l'accouchement. Cela peut aller de la réclamation auprès du médiateur.rice de la maternité à l'action pénale après avoir déposé plainte auprès du Procureur de la République.

Dernières nouvelles