Le Maire pas opposé à la modulation des allocations familiales

Le gouvernement prépare la fin des allocations familiales universelles

Bruno Le Maire ouvert à une réflexion sur la fin de l'universalité des allocations familiales

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a déclaré mardi sur CNews n'être "pas fermé" à la possibilité de "supprimer les allocations familiales pour les revenus les plus élevés".

"Qu'ensuite on réfléchisse de manière plus globale à une politique familiale efficace qui permette de conjuguer éducation des enfants et travail et que cela conduise à faire disparaitre les allocations familiales pour ceux qui ont les revenus les plus élevés, je vais vous dire très sincèrement: cela ne me choque pas", a-t-il affirmé. "Il faut tout regarder", a-t-il insisté, évoquant en particulier "le quotient familial et les tarifs dans les services publics, notamment dans les crèches".

Le député (REM) Olivier Véran avait rouvert ce débat sensible en prenant position la semaine dernière dans Le Figaro pour la fin de l'universalité des allocations familiales.

Selon notre sondage OpinionWay pour LCI et Tilder, pas moins de 79% des personnes interrogées disent "oui" à la suppression pure et simple des allocations pour les personnes qui gagnent plus de 6.000 euros par mois. La ministre de la Santé Agnès Buzyn "portera" ce projet.

Bruno Le Maire, qui considère que la politique familiale "a déjà été lourdement remise en cause par François Hollande lors du précédent quinquennat", estime cependant qu'une telle évolution des allocations devrait s'inscrire dans une réflexion sur la politique familiale dans son ensemble. Elles sont réduites de 50% et 75% pour les ménages gagnant respectivement plus de 6000 et 8000 euros par mois.

Dernières nouvelles