"Je ne m'assieds pas à côté de ce nazi" — Mélenchon sur Valls

Pourquoi Manuel Valls a-t-il été nommé à la tête de la mission sur la Nouvelle-Calédonie

Manuel Valls mercredi à l'Assemblée

La violente dispute aurait éclaté le 3 octobre dernier dans la salle de la commission des Lois de l'Assemblée, peu avant le début de la réunion sur la Nouvelle-Calédonie, indique le Canard Enchainé, précisant que c'est Jean-Luc Mélenchon qui a attaqué en premier Manuel Valls: "Moi, je ne m'assieds pas à côté de ce nazi!". Et tout cela termine par une bataille de tweets avec un Jean-Luc Mélenchon qui conclut, "dorénavant, la bande de Valls est totalement intégrée à la fachosphère et à sa propagande." . Quelques heures plus tôt, l'ex-chef du gouvernement avait dénoncé sur RTL le "discours islamo-gauchiste" de la députée LFI Danièle Obono.

Témoin de la scène, et ami de Manuel Valls dont il a été le porte-parole durant la campagne des primaires, le député béarnais David Habib se serait alors interposé et aurait lancé à Jean-Luc Mélenchon.

C'est Jean-Luc Mélenchon qui déclenche les hostilités, selon l'hebdomadaire.

Contacté par le Lab, David Habib confirme la scène: "Valls m'a rapporté que Mélenchon aurait commencé par dire 'Je ne m'assois pas à côtés de ce nazi'". L'élu socialiste explique que Manuel Valls lui a raconté avoir été traité de nazi et qu'il a lui-même vu une partie de l'altercation entre les deux adversaires. Je commence à entendre le torrent d'insultes. Je ne savais pas qu'il y avait eu l'incident radiophonique le matin. L'autre a continué et donc je me suis senti obligé. Je lui ai dit: 'Tu vas arrêter. Il était tellement dans une sorte de folie que je ne sais même pas s'il m'a entendu.

Sur les réseaux sociaux, Manuel Valls a répondu en remerciant ceux de ses soutiens qui s'étaient rassemblés sous le mot-clé #JeSuisLaBandeDeValls pour faire pièce aux propos de Jean-Luc Mélenchon.

Dernières nouvelles