Un enfant opéré d'une scoliose grâce à un robot — Première mondiale

Grippe-vaccination-seniors

Vaccin contre la grippe: les seniors trop peu vaccinés

"Il s'agit de deux premières en une", a expliqué Pr Richard Gouron, chef du service chirurgie de l'enfant au CHU d'Amiens lors d'une présentation à la presse. Les essais se sont déroulés sur un mannequin équipé d'une reproduction exacte et en impression 3D de la colonne vertébrale de l'enfant.

Le CHU d'Amiens vient de réaliser une chirurgie robotisée sur la colonne vertébrale d'un enfant lourdement handicapé, à partir d'exercices de simulation intégrale sur impression 3D.

L'opération s'est déroulée au CHU d'Amiens.

Pour rendre la station assise à Louis, les chirurgiens souhaitaient procéder à la mise en place de vis ilio-sacrées.

Cette première mondiale est un succès pour le petit garçon.

Le but: permettre à Louis, âgé de 6 ans, souffrant d'une amyotrophie spinale génétique et allongé en permanence depuis six mois, de pouvoir s'asseoir à nouveau, de mieux respirer, mieux manger et de retrouver une vie sociale. Cet établissement était le terrain idéal pour mener une telle intervention en raison de son équipement: il compte trois robots, dont un dédié à la simulation.

L'équipe d'une quinzaine de personnes a préparé l'opération pendant un an. "Il s'agissait de poser des vis illio-sacrées et des crochets en haut du dos, reliées par des tiges cintrées pour redresser le dos". Surtout l'établissement abrite le plus grand centre de simulation médicale d'Europe, SimUsanté.

Selon les équipes, "les difficultés de l'opération et sa potentielle longue durée ont pu être levées pour la première fois pour ce type de chirurgie, avec l'aide du robot ROSA® et après avoir été appréhendée plusieurs fois en simulation". Outre les chirurgiens orthopédiques, le docteur François Deroussen et le professeur Richard Gouron, un neurochirurgien, le docteur Michel Lefranc a assuré une "complémentarité, la double compétence et double expertise, essentielles dans la réussite de ce projet ". L'enfant se porte bien aujourd'hui et la réussite de l'intervention ouvre la voie à d'autres prises en charge d'enfants fragiles "aux scolioses difficilement appareillables ou qui ne sont plus appareillables et aux patients dont la croissance n'est pas terminée " signale le CHU. Corsets et rééducation n'étaient plus suffisants pour l'enfant qui souffrait d' une scoliose grave et dont le dos était courbé à plus de 50 %. Quatre autres opérations similaires, déjà programmées, donneront lieu à des publications scientifiques et déboucheront certainement sur la formalisation d'un protocole, auquel pourront se former des chirurgiens français et étrangers.

Dernières nouvelles