Baghdad annonce de nouvelles sanctions contre Erbil — Kurdistan irakien

Le référendum pour l'indépendance du Kurdistan irakien a été organisé le 25 septembre dernier

Agence France Presse Le référendum pour l'indépendance du Kurdistan irakien a été organisé le 25 septembre dernier

Mais le gouvernement de la région autonome n'en n'avait pas tenu compte et avait maintenu le référendum du 25 septembre.

Deux semaines après la victoire du "oui" au référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien - une consultation jugée illégale par le pouvoir central - les organisateurs du scrutin sont menacés d'arrestation. Lundi, le gouvernement central avait annoncé de nouvelles mesures de rétorsion économiques et judiciaires contre le Kurdistan irakien, multipliant les menaces sans toutefois détailler ses décisions.

Cette décision a été rendue après que la justice a été saisie par le Conseil de la sécurité nationale, présidé par le Premier ministre irakien Haider Al Abadi et où siègent plusieurs ministres.

Le Conseil a fait savoir, dans un communiqué, que la Commission chargée de contrôler les flux financiers enquête actuellement sur les recettes du pétrole et sur les dirigeants kurdes qui pourraient les avoir détournées. "Les corrompus seront débusqués et les fonds récupérés", a prévenu le texte. Il est aussi question de reprendre le contrôle des compagnies de téléphonie mobile, dont deux des ténors nationaux sont implantés au Kurdistan. Le Conseil a en outre réitéré son appel à Ankara et Téhéran à "ne traiter qu'avec le gouvernement central la question des postes-frontières, et de les fermer jusqu'à ce que leur administration soit remise" à Baghdad. "D'autres mesures et décisions ont été prises", a enchaîné le communiqué, sans toutefois donner plus de précisions.

Dernières nouvelles