"Envoyé Spécial" : Gaudin s'énerve face aux accusations d'un journaliste

Pendant 12 ans 117 sénateurs de droite auraient détourné près de 8 millions d'euros d'argent public

Pendant 12 ans 117 sénateurs de droite auraient détourné près de 8 millions d'euros d'argent public. Crédit: AFP BORIS HORVAT

Un vaste système de détournement de fonds orchestré au sein de partis de droite au Sénat, principalement l'UMP: c'est sur ce sujet bouillant qu'Envoyé spécial a enquêté depuis 2014, pour produire ce reportage édifiant. Selon les journalistes de l'émission, certains hommes politiques auraient ainsi touché de l'argent pourtant destiné au financement d'une association, l'URS, l'Union républicaine Sénat. Une enquête qui expliquait comment 117 sénateurs auraient touché de l'argent détourné de dotations destinées aux assistants parlementaires.

Un des bénéficiaires de ces "chocolats du Sénat" est notamment mis à mal: Jean-Claude Gaudin.

Il garde néanmoins beaucoup moins son calme lorsque le journaliste lui demande s'il a lui même perçu certains de ces chèques: " Mais qu'est ce que vous venez me dire? C'est un scandale monsieur! Sous l'autorité du président Larcher, tout a été clair, transparent. Ces témoins, ce sont Michel Talgorn, ancien inspecteur des impôts travaillant au Sénat depuis 1982 où il a été en charge des comptes financiers du groupe UMP, et François Thual, spécialiste de géopolitique en charge des questions financières et ancien conseiller du président du Sénat Gérard Larcher (LR). Elle aurait servi d'intermédiaire pour reverser aux sénateurs une partie des 7600 euros censés rémunérer des assistants parlementaires. L'ex candidat à l'élection présidentielle aurait reçu près de 21.000 euros en 18 mois.

Dernières nouvelles