Le drapeau européen au cœur d'une polémique en France

Macron va reconnaître le drapeau européen

Mélenchon conteste à Macron "le droit d'imposer" le drapeau européen

Premier opposant sur toute la ligne.

Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a dénié mercredi à Emmanuel Macron le droit de reconnaître officiellement le drapeau européen contre lequel la France a selon lui voté en rejetant la Constitution européenne en 2005. Déjà engagé dans un bras de fer particulièrement virulent avec Manuel Valls, Jean-Luc Mélenchon ne veut rien lâcher sur le drapeau européen, dont il conteste la présence dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

La gauche radicale française a déclenché une polémique en France autour du drapeau bleu étoilé de l'Europe, en exigeant qu'il soit retiré de l'Assemblée nationale, poussant le président pro-européen Emmanuel Macron à réagir et promettre son maintien.

Adopté en 1955 par le Conseil de l'Europe, le drapeau européen a été fortement inspiré par la religion chrétienne.

Pour le cofondateur de la France insoumise, cette déclaration "ne peut être signée" par le chef de l'Etat "sans vote ni accord du Parlement français". La Constitution et le simple souci de la démocratie, autant que l'attachement à la plus simple exigence laïque, ne le permettent pas.

S'agissant de l'argument "confessionnel" invoqué, celui-ci fait référence au créateur du drapeau européen, Arsène Heitz, qui avait dit avoir puisé l'inspiration dans des représentations de la Vierge Marie.

Le drapeau tricolore n'a fait son apparition dans l'hémicycle qu'en 2007, à l'initiative du président de l'Assemblée d'alors, Jean-Louis Debré.

Enfin, dans un communiqué publié ce mardi, le souverainiste, Nicolas Dupont-Aignan, a accusé Emmanuel Macron de prendre une "décision lourde de conséquences", demandant parallèlement la tenue d'un référendum pour statuer sur la reconnaissance du drapeau de l'Union européenne.

Dernières nouvelles