Un député LREM mis en cause pour harcèlement sexuel

Le député Christophe Arend accusé de harcèlement et d'agression sexuelle

Une ancienne assistante parlementaire dépose plainte contre un député LREM pour harcèlement et agression sexuelle

Après Pierre Joxe, accusé d'agression sexuelle par l'écrivaine Ariane Fornia, c'est un député LREM, l'élu de Moselle Christophe Arend, qui fait l'objet des pires accusations ce vendredi soir. "J'ai eu tout de suite l'impression qu'il était intéressé dans le sens sexuel et émotionnel", raconte cette chef d'entreprise, qui a rejoint le mouvement d'Emmanuel Macron, en avril. Ce vendredi, France Info révèle que le député de la 6ème circonscription de Moselle, Christophe Arend est la cible d'une accusation de ce genre.

"Ah bah, j'ai une belle vue, t'as des belles fesses, ouais, il te va bien ce pantalon!", lui lance un jour le candidat et dentiste de 42 ans, alors qu'elle gravit les escaliers. "C'était quelque chose de vraiment lourd car, tout de suite, on se sent humilié, comme une bête de foire", témoigne la nouvelle directrice de campagne auprès de Franceinfo. La jeune femme se souvient particulièrement de l'une d'entre elles, lorsqu'elle a été plaquée contre un mur dans le cabinet dentaire de Christophe Arend: "Il approchait sa bouche, il voulait un baiser". "Je n'ai aucune chose à me reprocher", aurait-il assuré, se refusant à faire tout commentaire. "Il avait son corps à quelques centimètres de moi et je lui ai dit: 'Laisse-moi repartir, je ne supporte pas que tu me retiennes." . Et puis l'homme allait peut-être devenir député. Elle se raccrochait à cet espoir, "Je pensais que nos rapports deviendraient beaucoup plus professionnels au moment où il y aurait un contrat de travail". Mais une fois à Paris, tout recommence: dans un appartement loué dans les premiers jours de son mandat (et où il aurait proposé de partager sa chambre), Christophe Arend serait passé aux attouchements. Elle tentera de lui mettre un coup de pied, en vain.

A Franceinfo, l'ancienne attachée parlementaire du député de Moselle Christophe Arend a annoncé avoir porté plainte pour harcèlement et agression sexuelle. C'est à ce moment qu'elle commence à le haïr. "Il a tout fait pour me faire craquer". Le député lui aurait ensuite fait vivre un véritable enfer au quotidien, en lui touchant les seins ou en lui dégrafant le soutien-gorge par exemple. "Une fois, il arrive et m'enfonce un doigt dans la bouche en mimant une fellation et en me disant: 'T'as une jolie bouche, fais voir ce qu'elle sait faire et toc, voilà'", confie-t-elle à franceinfo. Elle se remémore les agressions "Ça ne passe pas", se désole-t-elle. Finalement, l'ex-assistante parlementaire rompt sa période d'essai, fin juillet, avant de porter plainte, en octobre, après l'affaire Weinstein. Pour la jeune femme, il faut parler de cette histoire car "c'est un élu, les gens lui ont donné leurs voix et il est censé représenter la région, la République et tous les Français".

Dernières nouvelles