Londres "ne reconnait et ne reconnaitra pas" l'indépendance de la Catalogne (officiel)

Le Parlement catalan a voté en faveur du processus d'indépendance

Le Parlement catalan a voté en faveur du processus d'indépendance

"Pour l'Union européenne, rien ne change".

Le président de la Commission Jean-Claude Juncker a ironisé en déclarant que l'Union européenne ne pouvait pas être composée de 95 Etats.

"La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne, et les Etats-Unis soutiennent les mesures constitutionnelles du gouvernement espagnol visant à maintenir l'Espagne forte et unie", a indiqué dans le document la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert. "La Constitution de l'Espagne doit être respectée", a fait remarquer le ministre français.

"J'observe avec inquiétude les développements de la situation en Catalogne", a-t-il souligné.

Toujours à l'unisson et sur Twitter, le porte-parole de la chancelière allemande Steffen Seibert affirme que Berlin ne reconnaît pas cette déclaration. Quelques heures après, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a annoncé la destitution du président catalan Carles Puigdemont et la convocation d'élections le 21 décembre en Catalogne.

" L'Italie ne reconnaît pas et ne reconnaîtra pas la déclaration unilatérale d'indépendance proclamée aujourd'hui par le Parlement de la Catalogne".

Le Premier ministre belge Charles Michel, directement concerné par les velléités indépendantistes en Flandre développe un plus sa pensée. " Nous soutenons un dialogue politique dans le cadre de la Constitution espagnole ", a-t-elle ajouté.

Le ministère polonais des Affaires étrangères respecte " pleinement les principes de souveraineté, d'intégrité territoriale et d'unité du Royaume d'Espagne ".

Dernières nouvelles