" "L'arrêté recommandant l'utilisation de l'étiquetage " Nutri-score " signé — Alimentation

Lancement officiel du logo nutritionnel à 5 couleurs

Alimentation : Le dispositif Nutri-score va vous aider à manger plus sainement

Paris, France | AFP | mardi 31/10/2017 - Le nouveau dispositif d'étiquetage Nutri-score, repère graphique coloré qui permet d'informer sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires en magasin, a été lancé officiellement mardi par le gouvernement, qui fait le pari qu'il sera adopté par les professionnels.

"Ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé!", tel est le slogan que l'on peut entendre à la télé après une publicité sur des produits alimentaires.

Les ministres des solidarités et de la santé, de l'agriculture et de l'alimentation ainsi que le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie et des finances ont signé ce mardi 31 octobre 2017 l'arrêté portant sur le Nutri-score, un dispositif d'étiquetage nutritionnel pour les produits alimentaires.

Pour le ministre de l'agriculture Stéphane Travert, " Nutri-score est une réponse très concrète apportée à la demande de nos concitoyens et qui permet de replacer l'alimentation au cœur des enjeux de santé publique.

En cinq classes, les aliments sont répertoriés par score nutritionnel par le biais de cinq couleurs (du vert foncé à l'orange foncé). Mais pour les consommateurs, cette petite étiquette fait la différence: ainsi, ils peuvent plus facilement comparer les produits au sein d'un même rayon et orienter leurs choix vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle. En sont notamment exempts les produits non transformés qui comprennent un seul ingrédient ou une seule catégorie d'ingrédients (fruits ou légumes frais, viandes crues découpées, miel...). Les produits alimentaires pour les enfants de 0 à 3 ans sont, eux, incompatibles avec le Nutri-score.

Avec Nutri-score la ministre espère ainsi lutter contre les inégalités sociales. Le gouvernement compte sur l'engagement des premiers partenaires (Auchan, Leclerc, Intermarché, Fleury Michon, Danone et McCain) pour généraliser le dispositif en 2018. Son application est facultative et repose sur le volontariat des entreprises de l'agroalimentaire et des distributeurs. Malgré tout, Agnès Buzyn se veut rassurante et est persuadée que "l'émulation naturelle entre les marques aboutira à ce que ce logo soit promu et choisi par les industriels".

Il reste cependant une difficulté supplémentaire: en mars, Coca-Cola, Nestlé, Mars, Mondelez, Pepsico et Unilever avaient annoncé leur intention d'utiliser leur propre système d'étiquetage.

Dernières nouvelles