Uber et la Nasa s'associent pour élaborer des taxis volants

Hoverbike

Sputnik. Anastasia Saprykina La Russie a trouvé une alternative volante à la voiture

Mercredi 8 novembre, Uber a dévoilé un partenariat avec la Nasa en vue de mettre au point des taxis volants.

Uber dit envisager qu'à terme un trajet en UberAir soit équivalent à celui d'un UberX, celui d'un trajet de base avec un chauffeur du site de covoiturage. L'idée est que le taxi volant puisse décoller et atterrir d'un toit d'immeuble, tel un hélicoptère mais voler comme un avion avec ses ailes.

Jeff Holden, Chief Product Officer chez Uber, a également déclaré que la société allait commencer à tester des services de taxis volants à 322 km / h à Los Angeles dès 2020. Uber veut en outre "explorer d'autres possibilités de collaboration avec la Nasa qui joueront un rôle important dans l'ouverture de nouveaux marchés de mobilité aérienne". La ville californienne étant connue pour ses kilomètres d'embouteillages. À noter que la Californie et le Texas sont les deux plus grands parcs automobiles des États-Unis.

"Les vols auront un pilote dans un premier temps même s'ils pourraient devenir automatisés à l'avenir", a précisé un porte-parole d'Uber à l'AFP. Les premiers vols expérimentaux d'Uber Air, des appareils à décollage et atterrissage verticaux dotés de rotors et d'un pilote humain, auront ainsi lieu à Los Angeles et à Dallas en 2020.

"Dans le cadre de son projet Elevate, Uber prévoit de faire circuler un réseau de petits véhicules aériens électriques dans plusieurs villes à travers le monde pour permettre aux gens de partager des vols dans des zones urbaines densément peuplées", poursuit Uber dans son communiqué.

Une fois cette question réglée, on imagine aisément les avantages de ce système, qui permettrait par exemple d'effectuer le trajet entre l'aéroport de Los Angeles et la salle de spectacles Staples Center en 27 minutes, soit trois fois moins de temps qu'en voiture, promet le dossier de presse. Pour voir ces véhicules se banaliser, il faudra cependant attendre au moins 2050, soulignait Pascal Pincemin, associé chez Deloitte, lors du salon du Bourget, car il faudra avant démontrer leur fiabilité.

Dernières nouvelles