L'opposition maintient la pression — Togo

Togo : le pouvoir Faure Gnassingbé envoie des signes de paix

Togo : A la veille des manifestations le gouvernement prêt à aller au « dialogue » avec l'opposition

Des hommes en treillis ont tiré sur le car-podium des artistes.

Au Togo, le pouvoir de Faure Gnassingbé veut détendre l'atmosphère politique quelque peu électrique depuis plusieurs mois. "Je sortirai chaque fois qu'il y aura marche".

Le 10 octobre, les autorités du pays avaient interdit d'organiser des manifestations en semaine, mais l'opposition avait refusé de se plier à cette interdiction, qui a finalement été levée samedi.

Des dispositions seront également prises pour l'ouverture, dans la capitale, d'un dialogue avec l'ensemble de la classe politique togolaise. Pour l'opposition, le préalable au dialogue est la libération de toutes les personnes détenues depuis le 19 août 2017. Des signes en cette direction ont été effectués par le gouvernement. Après presque trois mois de crise politique, la situation "semble dans l'impasse", estime Comi Toulabor, directeur de recherche au LAM (Les Afriques dans le Monde) à Sciencespo Bordeaux, en France. "Il (Faure Gnassingbé, ndlr) continue à semer la terreur et à tuer des gens en utilisant les même méthodes que son père", le général Gnassingbé Eyadéma, qui a régné d'une main de fer sur le pays pendant 38 ans.

Selon l'opposition, ces manifestations ont démontré que les violences des précédentes marches sont plutôt imputables au pouvoir.

Dernières nouvelles