Condamné, Merck remet massivement en vente l'ancien médicament — Levothyrox

Agnès Buzyn et Bruno Le Maire les deux ministres visés par la plainte

Agnès Buzyn et Bruno Le Maire les deux ministres visés par la plainte

Plusieurs procédures judiciaires restent en cours contre la nouvelle formule du médicament contre l'hyptohtyroïdie des laboratoires Merck.

Il y a quelques jours, le juge des référés du Tribunal de grande instance de Toulouse avait été saisi par un collectif de patients victimes de la nouvelle formule du Levothyrox, un médicament qui soigne les troubles de la thyroïde. Le Tribunal de grande instance de Toulouse a condamné, ce mardi 14 novembre, le laboratoire pharmaceutique Merck à fournir "par le biais des circuits de distribution et de commercialisation" et "sans délai", l'ancienne formule du Levothyrox à des patients de Haute-Garonne. Le laboratoire précise qu'il va examiner plus en détail cette décision et, au regard des dispositions réglementaires, se réserve la possibilité d'y donner "toutes les suites qu'elle estimera nécessaire ". Le fabricant pharmaceutique a aussitôt décidé de faire appel, mais a annoncé, en début de soirée, la remise en vente de 200.000 boîtes supplémentaires. "Locale, certes, mais on peut espérer qu'elle fera jurisprudence", a aussitôt salué Béate Bartès, présidente de l'association Vivre sans thyroïde, voyant dans ce jugement "une véritable bouffée d'air pour les malades", selon un courriel à l'AFP. Cette décision civile ne concerne que 25 des 90 plaignants, le juge des référés de Toulouse s'étant déclaré incompétent pour les 65 patients résidant à l'extérieur du département de Haute-Garonne. Le retrait de l'ancienne formule de Levothyrox a engendré une colère sans précédent après l'apparition d'effets secondaires invalidants pour une majorité d'entre elles. A l'audience, le 8 novembre, l'avocat des plaignants Jacques Lévy avait parlé de "véritable scandale sanitaire". Le tribunal a aussi infligé à Merck une astreinte de 10 000 euros par jour d'infraction constatée.

C'est une pression considérable pour les contraindre à livrer le produit. Thierry Hulot a indiqué qu'il restait "encore 40.000 boîtes" d'Euthyrox, l'ancienne formule, sur le marché, "de quoi traiter 20.000 patients". A l'audience, le juge s'était transporté dans une pharmacie pour constater l'absence de l'ancien médicament.

Dernières nouvelles