Finalement, Trump croit la CIA — Ingérence de Moscou

Vladimir Poutine en marge du forum d'investissement La Russie appelle

Sputnik. Ramil Sitdikov Armes ou aliments quelle exportation est la plus conséquente en Russie

Un journaliste lui avait alors rappelé les conclusions des dix-sept agences de renseignement américaines qui ont été unanimes en janvier dernier pour conclure à une ingérence de Moscou. "Qu'il pense ce qu'il pense", a ajouté le président américain en parlant de Poutine. "Je crois qu'il a le sentiment que ni lui ni la Russie n'ont interféré dans les élections", a-t-il dit.

Donald Trump a déclaré que lors du bref échange qu'il avait eu avec Vladimir Poutine en marge du forum de l'APEC, au Vietnam, le Président russe lui avait assuré que la Russie n'était pas intervenue dans les élections américaines. Mais, "que je le crois ou non... je suis avec nos agences", a insisté Donald Trump. Des déclarations au cours desquelles il a qualifié, en outre, l'ancien directeur de la CIA, John Brennan, de "vendu".

" Il nous a traités de vendus parce qu'il essaie de délégitimer les conclusions " du renseignement, a rétorqué M. Brennan, interrogé sur CNN aux côtés de l'ancien patron des services de renseignement américains, . Vu la source des critiques, je considère ces critiques comme un honneur. Eh bien, c'est trois.

En réponse à une question de la chaîne, John Brennan a refusé de dire s'il avait connaissance d'informations suggérant que les Russes sont en possession d'informations compromettantes sur Donald Trump. Quand tous les haineux et les imbéciles se rendront-ils compte qu'avoir de bonnes relations avec la Russie est une bonne chose, pas une mauvaise chose?

Plusieurs personnalités politiques américaines se sont émues que Trump accorde plus de crédit au président russe qu'à ses propres agences du renseignement.

Ami avec Kim Jong-Un?

Il s'est félicité des progrès accomplis sur le dossier nord-coréen en annonçant que la Chine allait durcir les sanctions contre Pyongyang, dans un autre tweet depuis Hanoï. Ce manque de sérieux de la part du président américain envoie d'ailleurs un très mauvais signal: qu'il "peut être manipulé par des dirigeants étrangers qui vont faire appel à son ego et tenter de jouer sur ses points faibles", estime-t-il.

Dernières nouvelles