C'est historique, la porcelaine de Limoges obtient son IGP

La porcelaine de Limoges obtient son identification géographique protégée

Il existe une trentaine de manufactures en Haute Vienne et la filière réunit environ 1200 emplois. Archives Bonnaud Guillaume

Alors que l'art de la porcelaine remonte, à Limoges, à la fin du XVIIIe, la protection a tardé.

Quatre ans ont été nécessaires pour parvenir à un consensus entre les 47 membres de l'association "Indication géographique Porcelaine de Limoges" qui devient de fait la garante du cahier des charges.

Désormais, seuls les produits issus à 100% du département de la Haute-Vienne auront droit à cette appellation: de la pâte, à sa cuisson et à sa décoration. Un combat de plus de 10 ans.

Secteur emblématique de Limoges et de la Haute-Vienne, la filière représente 1.200 emplois directs et 115 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit 60% des recettes générées en France par la porcelaine de table, selon des chiffres de 2015.

L'Institut national de la propriété industrielle (INPI) a accordé l'Indication géographique protégée (IGP) à la porcelaine de Limoges.

La parution de l'IGP "Porcelaine de Limoges" au journal officiel se fera le vendredi 1er décembre.

L'objectif essentiel du label est de lutter contre les contre-façon et les abus: une porcelaine asiatique dénommée "Limoge" sans S, une production tamponnée "pâte et émail de Limoges" mais made in Egypt (photo d'illustration), ou encore même de la porcelaine portugaise carrément estampillée "Limoges" sous prétexte que la pâte vient du Limousin. Il existe une trentaine de manufactures en Haute-Vienne et la filière réunit environ 1200 emplois. C'est l'une des premières IGP sur des produits manufacturés.

Dernières nouvelles