Une première mondiale entre jumeaux — Greffe de peau

Franck sauvé de graves brûlures grâce à son frère jumeau Eric

Brûlé à 95%, il survit grâce à une greffe de peau de son jumeau

Après avoir partagé un utérus, il partage aujourd'hui de la peau.

Un homme de 33 ans, brûlé à 95% après un accident du travail en septembre 2016, a été sauvé grâce à une greffe de peau.

L'équipe du Pr Maurice Mimoun en chirurgie plastique et reconstructrice et celle du Pr Alexandre Mebazaa en anesthésie-réanimation ont prélevé au 7e jour après l'accident, sur le cuir chevelu, les cuisses et le dos du jumeau sain la peau nécessaire à la greffe.

Après plus de quatre mois de soins spécialisés, le patient est sorti du centre de brûlés de l'hôpital de Saint-Louis. Brûlé sur 95% du corps, il était voué à une mort certaine.

L'immense avantage d'avoir recouru à la peau de son jumeau homozygote (c'est-à-dire issu du même oeuf) réside dans le fait que la peau ne sera jamais rejetée. Grâce à son jumeau qui lui a ainsi sauvé la vie.

Sept jours après l'admission de Frank, la première greffe est réalisée.

L'équipe médicale a tenté le tout pour le tout et procédé à une première mondiale: une greffe totale de peau d'un homme vivant à un autre.

Franck a subi une dizaine opérations chirurgicales. "Les petites plaies entre chaque maille cicatrisent en dix jours", explique le chirurgien, qui précise que le donneur n'est pas balafré, mais "conservera peut-être une petite différence de pigmentation". Les cas publiés jusque-là dans le monde allaient de 6 à 68% environ et portaient sur 45% de la surface du corps en moyenne, selon le professeur Mimoun. Les vrais jumeaux ayant un capital génétique identique, la peau greffée n'est pas rejetée, et ce, sans avoir recours au traitement immunosuppresseur pour éviter ce rejet.

Dernières nouvelles