La pollution de l'air affecte la qualité des spermatozoïdes

A Pékin lors d’un pic de pollution mardi 21 novembre

Les méfaits de la pollution de l'air: La qualité du sperme en question

La pollution de l'air aux particules fines est néfaste pour le sperme. Elle suggère ainsi que la pollution de l'air, due aux particules fines, pourrait expliquer l'infertilité d'un "nombre significatif de couples ". A l'heure actuelle, près de 50 millions de couples souffriraient d'infertilité dans le monde.

Cette étude, menée à Taïwan sur 6.457 hommes âgés de 15 à 49 ans entre 2001 et 2014, précise qu'il existe un lien fort entre l'exposition aux particules fines PM 2.5 et la dégradation de la qualité du sperme. Les effets de la pollution sur la forme des spermatozoïdes observés dans cette étude sont plutôt faibles. Selon eux, il s'agirait d'un effet positif dû à un mécanisme de compensation intervenant suite à une exposition prolongée à une atmosphère chargée de particules fines.

Chaque augmentation de 5 microgrammes de particules fines par mètre cube d'air (μg/m3) sur une moyenne de deux ans était associée à une baisse significative de 1,29% de la morphologie normale des spermatozoïdes, selon l'étude.

"Pour sa part, le professeur Allan Pacey, spécialiste britannique d'andrologie relève que l'évaluation de la taille et de la forme des spermatozoïdes (morphologie) est l'un des tests les plus difficiles à réaliser" et peut donc être moins précis.

En outre, ce critère ne serait pas aussi cliniquement pertinent qu'on le pensait, d'après de "nombreux médecins et scientifiques", note-t-il dans un commentaire auprès du Science Media Centre de Londres.

Les auteurs en appellent donc à une " stratégie globale " pour réduire l'impact de la pollution de l'air sur la santé reproductive. L'Organisation mondiale de la santé préconise de limiter l'exposition aux PM 2,5 à 10 µg/m3 en moyenne annuelle.

Dernières nouvelles