En France, 25 000 personnes ignorent leur séropositivité

Le projet MSF AIDS en République démocratique du Congo vise à sensibiliser soigner et distribuer gratuitement les antirétroviraux aux malades du sida

Sida: les Français sont bienveillants envers les séropositifs, mais ignorants

Selon cette étude, 21% des parents se sentiraient mal à l'aise si l'un des enseignants de leur enfant était porteur du virus du VIH.

Les 18-24 ans sont également plus nombreux à reconnaître leur "malaise" à l'idée de travailler avec un collègue séropositif (30% contre 16% pour l'ensemble de l'échantillon) ou de fréquenter le même cabinet médical (15% contre 10%).

Dans près de la moitié des cas, les sondés justifient leurs inquiétudes par "la peur des risques de contamination".

Les personnes séropositives souffrent encore de nombreuses discriminations. Pour 31% des Français, il est normal que l'on puisse les considérer comme inaptes à exercer certains métiers, comme celui de policier, de gendarme ou de pompier. En effet, 87% des personnes sondées considèrent qu'avoir un rapport sexuel avec une personne séropositive sous traitement constitue un risque élevé, voire très élevé.

L'association Aides se montre inquiète face à ses résultats.

L'association appelle à "une remobilisation des pouvoirs publics" et réclame "des dispositifs ambitieux" pour mieux sensibiliser la population, notamment les 18-35 ans, sur les modes de transmissions et le rôle préventif des traitements. Le ministère de la Santé a donc lancé une nouvelle campagne en faveur du dépistage à l'occasion de la journée mondiale du 1er décembre consacrée au virus du sida (VIH).

En outre, selon Santé publique France, parmi les 25 000 personnes qui ignorent leur séropositivité, on dénombre: environ 40% sont des homosexuels (HSH), 40% de migrants des deux sexes hétérosexuels, principalement d'Afrique subsaharienne, et 20% des hétérosexuels des deux sexes nés en France.

Dernières nouvelles