Le patron de Michelin pense toujours à la présidence du Medef

Jacky Naegelen  Reuters                       Le patron de Michelin se verrait bien nouveau président du Medef

Jacky Naegelen Reuters Le patron de Michelin se verrait bien nouveau président du Medef

Dans un entretien à paraître mardi 28 novembre dans Le Figaro, Jean-Dominique Senard a reconnu qu'il avait " envisagé " et " même souhaité " se présenter à la présidence de l'organisation patronale. 65 ans et quelques mois. Problème: les statuts du Medef prévoient que "les candidats à la présidence ne doivent pas être âgés de plus de 65 ans au jour de l'élection", et le patron de Michelin soufflera ses 65 bougies...en mars. "Je suis opposé à une modification ou une interprétation des statuts", qui " donnerait le sentiment d'une manipulation ", poursuit-il. Interrogé sur ce scénario, Jean-Dominique Senard botte en touche.

Car à la question "si Pierre Gattaz démissionne, serez-vous candidat?" le leader de la célèbre entreprise de pneumatique se fait mystérieux. " On verra ", répond M. Senard, qui relève aussi, sans donner de détails, qu'il y a " sûrement d'autres solutions " qu'une démission rapide de M. Gattaz.

Néanmoins, le patron de Michelin ajoute que s'il déposait sa candidature, il mènerait son mandat à la tête de son groupe "jusqu'au bout, jusqu'en mai 2019 ".

Le président de la firme au Bibendum exclut par ailleurs de se présenter dans un " ticket " avec une autre personnalité. "Une institution n'est pas indispensable pour porter une parole", dit-il. "Il reste plusieurs chantiers importants à mener", déclare-t-il, en citant "la compétitivité de nos entreprises face à l'Inde et la Chine " ou "la modernisation du modèle social français ". "Le rôle des régions au sein du Medef doit être repensé, ses structures simplifiées, son indépendance financière, renforcée", soutient-il. "Cela me permet de faire le lien entre la dimension territoriale et mondiale ".

Dernières nouvelles