Le Burkina Faso lance la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest

Sonnenenergie 2

Constamment confronté au manque d’électricité qui le rend dépendant des pays voisins notamment le Ghana et la Cote d’Ivoire le Burkina passe à l’offensive

La centrale solaire de Zagtouli est la première d'une série de construction d'autres centrales du genre au Burkina Faso où la majorité de la population n'a pas accès à l'énergie électrique.

La plus grande Centrale solaire d'Afrique de l'ouest sera inaugurée mercredi au Burkina Faso, en présence du président français Emmanuel MacronSituée à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale burkinabè, le lancement officiel de la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli, constitue l'un des points forts inscrits dans le programme de la visite de 72 heures du président Macron au Burkina Faso. "Elle dégage une puissance de 33 MW, et produira 56 GW par an, soit 5% de la consommation nationale", a expliqué le directeur général de la Société nationale d'électrification (Sonabel) François De Salles Ouédraogo.

"Depuis six semaines, la centrale est en phase d'essai avec une production de 14 MW, et elle atteindra le pic des 33 MW courant décembre, sous réserve d'ensoleillement ".

L'Union Européenne et la France poursuivront leur soutien à cette politique et leur engagement pour le développement durable du Burkina Faso et contre le changement climatique dans la région du Sahel.

Ce projet innovant permettra de fournir de l'électricité à 660.000 habitants. Elle symbolise un Burkina résolument engagée dans les énergies renouvelables pour combler le déficit qui l'oblige à importer de l'électricité du Ghana et de Côte d'Ivoire. Le projet vise à "réduire les délestages" dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, où l'électricité demeure une denrée rare pour plus de 80% de la population. Pour cette centrale solaire, le coût du kilowattheure va varier entre 30 et 40 francs CFA.

Ce projet est financé par le gouvernement burkinabè et par un don de l'Union européenne de 25 millions d'euros, accompagné d'un prêt de 22,5 millions d'euros de l'Agence française de développement (AFD).

Grâce à l'implantation de la centrale, le Burkina pourra à l'avenir s'auto-suffire en matière d'électricité.

Cette centrale pilote va permettre aussi à la Sonabel d'avoir de l'expertise en termes de technologie solaire photovoltaïque, de créer des emplois et de jeter les bases pour aller vers les énergies renouvelables, avec une source de production fiable.

Dernières nouvelles